Une colonne de feu de Ken Follett / Rentrée littéraire 2017

Résumé de l’éditeur : Noël 1558, le jeune Ned Willard rentre à Kingsbridge : le monde qu’il connaissait va changer à tout jamais… Les pierres patinées de la cathédrale dominent une ville déchirée par la haine religieuse et Ned se retrouve dans le camp adverse de celle qu’il voulait épouser, Margery Fitzgerald. L’accession d’Élisabeth Ire au trône met le feu à toute l’Europe. Les complots pour destituer la jeune souveraine se multiplient, notamment en France ou la séduisante Marie Stuart – considérée comme l’héritière légitime du royaume anglais et issue de la redoutable famille française de Guise – attend son heure. Pour déjouer ces machinations, Élisabeth constitue les premiers services secrets du pays et Ned devient l’un des espions de la reine. À Paris, il fait la connaissance de la libraire protestante Sylvie Palot dont le courage ne le laisse pas indifférent…

Depuis le temps que j’entendais parler de Ken Follett et de sa célèbre série de Kingsbridge, je ne pouvais décemment pas passer à côté de son dernier né. Ce dernier se lit tout à fait comme un one-shot même si quelques références facilement discernables aux tomes précédents sont faites. Je me suis plongée avec plaisir dans les 900 pages de cette fresque historique assez impressionnante. Ken Follett nous fait découvrir toute une génération de personnages, témoins et participants de luttes politiques, de tractations matrimoniales, de stratégies d’espionnages et de guerres de religion dans l’Europe du XVIe et XVIIe siècle. Nous rencontrons Mary Tudor, Elizabeth Ire, Marie Stuart, Catherine de Medicis, la terrible famille de Guise et bien d’autres noms très connus de l’Histoire. L’ensemble est ambitieux mais réussi.

Les différents personnages que nous suivons à tour de rôle nous apportent différents points de vue concernant chaque situation et chaque endroit. Le terrible massacre de la Saint-Barthélémy est surement la scène qui m’a le plus fait frémir. L’horreur et le déchaînement de haine sont très bien décrits par l’auteur. Le récit est entrecoupé de moments plus doux notamment lorsqu’une romance pointe le bout de son nez. Ce roman est un vrai page-turner. Le lecteur suit des personnages attachants dans la réalisation de l’œuvre de toute une vie auprès d’un monarque. D’autres protagonistes sont au contraire franchement détestables. A noter que le style de Ken Follett m’a semblé assez classique sans vraiment de démarcation ni d’originalité.

Cette fresque historique m’a beaucoup plu dans son ensemble. Nous sommes introduits dans les rouages de tractations politiques, d’espionnages, de guerres de religion dans l’Europe du XVIe et XVIIe siècle. C’est aussi l’histoire de toute une génération porteuse d’idées et au service des puissants. La plume assez passe-partout de Ken Follett est compensée par son talent de conteur.

logo-robert-laffont

Vous aimerez aussi découvrir :

  • City on fire de Garth Risk Hallberg
  • La vie ne danse qu’un instant de Theresa Revay
  • Les roses de Somerset de Leïla Meacham 

Fanny

11 commentaires sur « Une colonne de feu de Ken Follett / Rentrée littéraire 2017 »

  1. Si tu as aimé Une colonne de feu, alors je suis sûre que tu aimeras Les piliers de la terre et Un monde sans fin (on est bien d’accord que tu ne les as pas lus ? C’est ce que j’ai cru comprendre à la lecture de ton billet ^^ ). J’ai eu une préférence pour le premier, comme beaucoup de lecteurs, mais j’avais passé un bon moment avec les deux et j’ai donc très envie de découvrir aussi Une colonne de feu. On quitte le Moyen Âge mais la Renaissance anglaise est passionnante, je trouve et la dynastie des Tudors, assez fascinante. Hâte de me lancer à mon tour ! 😉

  2. Je l’ai dans ma pal mais son épaisseur m’inquiète un peu ! Il faut vraiment que je me lance d’autant plus que tout le monde dit que ça se lit très facilement. Et cette période historique m’intéresse beaucoup.

Laisser un commentaire