Une vie de lectrice #5 : salon littéraire et achats


Salon littéraire

Le weekend dernier, je me suis rendue au salon Le livre sur la place à Nancy. Premier salon de la rentrée littéraire, c’est l’occasion de rencontrer des écrivains très connus mais aussi de faire de jolies découvertes un peu plus discrètes. Comme tous les ans, je suis allée écouter des entretiens, des tables rondes et surtout dialoguer avec des écrivains. Je ne ressens pas le besoin de rencontrer absolument les auteurs que je lis mais j’aime aller les voir lorsque l’occasion se présente. J’ai donc pu discuter avec Joann Sfar, Jerôme Attal, Vanessa Schneider, Olivia de Lamberterie, Marie-Aude Murail, Lyliane Mosca et Nina Bouraoui. C’est souvent avec une certaine fébrilité que je m’approche d’eux, leur écoute, leur gentillesse et leur bienveillance ont tôt fait de faire fondre mes craintes. Dans ces moments, je ressens toujours beaucoup d’émotions, de reconnaissance ainsi que le sentiment exaltant de vivre aussi fort ces instants hors du temps.

Achats

Il est assez rare que j’achète plusieurs livres en même temps ou sur une courte période. Cette fin d’été a été terrible. A Jersey, j’ai dégoté deux romans de Ian McEwan dont je souhaite découvrir toute la bibliographie, The children act et My purple scented novel. Sur place, j’ai également choisi Eleanor Oliphant is completely fine de Gail Honeyman qui semble prometteur. Quelques titres de la rentrée littéraire sont venus rejoindre mes étagères : En nous beaucoup d’hommes respirent de Marie-Aude Murail et Avec ma sympathie d’Olivia de Lamberterie. En salon, je me laisse toujours une marge de budget pour craquer sur un ou des livres non prévus. Cette fois, mon dévolu s’est porté sur L’hiver du mécontentement de Thomas B. Reverdy (rentrée littéraire), Beaux rivages de Nina Bouraoui (conseillé par mon amie Kheira) et le premier tome du Chat du Rabbin de Joann Sfar. Enfin, vous ne pourriez la beauté de l’objet-livre de Mrs Dalloway de Virginia Woolf et illustré par Nathalie Novi.

Et vous quel est votre rapport aux auteurs et aux salons littéraires? Des nouveautés dans vos piles à lire?

Fanny

12 commentaires sur « Une vie de lectrice #5 : salon littéraire et achats »

  1. J’étais allée plusieurs fois au salon du livre jeunesse de Montreuil quand j’étais adolescente mais maintenant je ne fais plus de salon. Je pense que je me laisserai tenter en mars pour le salon du livre, car j’ai très envie d’y aller.

    1. Je suis allée une seule fois au salon du livre de Paris. Je n’avais pas suffisamment préparé ma visite pour en profiter pleinement. J’aimerais bien retenter l’expérience.

  2. J’aimerais bien faire un salon littéraire, au moins une fois. Par contre, je suis si timide que je ne sais pas si j’oserais parler aux auteurs, à part pour demander une dédicace xD J’ai acheté le nouveau Marie-Aude Murail, j’ai hâte de le lire ! (Typiquement une autrice que je rêverais de rencontrer, mais à qui je ne saurais pas quoi dire, al0rs que j’adore son travail depuis 25 ans…)

    1. J’ai aussi du mal à entamer la conversation, surtout si l’auteur en face est un peu timide. Je me fais violence car je me dis que cela n’arrive pas si souvent de pouvoir rencontrer des auteurs dont on a aimé les romans.
      Le nouveau Marie-Aude Murail me fait de l’oeil aussi mais il devra attendre un peu. J’ai discuté un peu avec elle, elle met très à l’aise et est très bienveillante.

    1. C’est vrai qu’à Nancy, les auteurs ne sont pas forcémment très pressés (à part les grandes têtes d’affiches comme Éric-Emmanuel Schmitt, Amélie Nothomb ou encore Marc Levy). C’est aussi assez sympa de les croiser dans la ville. Je suis allée une seule fois à Livre Paris, c’est assez difficile d’en profiter mais j’aimerais retenter l’expérience.

  3. Moi aussi je ressens toujours un petit stress avant de m’adresser aux écrivains mais une fois que je me jette à l’eau ce sont toujours de bons souvenirs! Vivement le prochain Livre sur la place.

  4. Dans les salons, j’ai tendance à ne prendre que les livres de mes auteurs. Et oui, je suis très intimidée, presque hermétique, à mon grand désespoir !
    Marie-Aude Murail est une personne adorable ! Je l’ai rencontrée ce printemps et je suis repartie avec le 1er des Sauveur.

    1. C’est difficile, surtout qu’on a tendance à mettre les auteurs très hauts dans notre estime. Il est très bien ce 1er tome de Sauveur & fils. Je confirme qu’elle est adorable, elle met à l’aise très vite. Je ne voulais surtout pas la rater à Nancy!

Laisser un commentaire