Les confessions de Frannie Langton de Sara Collins

Résumé de l’éditeur : Esclave. Frannie Langton grandit à Paradise, dans une plantation de canne à sucre, où elle est le jouet de chacun : de sa maîtresse, qui se pique de lui apprendre à lire tout en la martyrisant, puis de son maître, qui la contraint à prendre part aux plus atroces expériences scientifiques… Domestique. À son arrivée à Londres, la jeune femme est offerte comme un vulgaire accessoire à George et Marguerite Benham, l’un des couples les plus raffinés d’Angleterre. Séductrice. Seule contre tous, Frannie trouve une alliée en Marguerite. Entre ces deux lectrices invétérées se noue un lien indéfectible. Une foudroyante passion. Une sulfureuse liaison. Meurtrière. Aujourd’hui, Frannie est accusée du double-meurtre des Benham. La foule se presse aux portes de la cour d’assises pour assister à son procès. Pourtant, de cette nuit tragique, elle ne garde aucun souvenir. Pour tenter de recouverer la mémoire, Frannie prend la plume… Victime ? Qui est vraiment Frannie Langton ?

Sara Collins signe un premier roman pour le moins audacieux et sombre. L’héroïne, Frannie Langton, nous conte son parcours entre la Jamaïque et Londres, entre l’esclavage et son jugement pour un double meurtre. Ses statuts successifs d’esclave, de domestique et de prostituée ne lui permettent jamais de gagner son affranchissement. Sa couleur de peau la condamne d’emblée à tous les maux. Pour preuve, son procès et sa conclusion semblent écrits d’avance. La romancière développe son roman autour de la suprématie blanche, de l’esclavagisme mais aussi des expériences réalisées sur des esclaves morts ou vifs.

Ce récit m’a agréablement surprise sur un point en particulier. En effet, j’ai été étonnée d’y trouver une relation lesbienne. Ce fut donc assez rafraichissant pour moi qui lis peu de roman mettant en scène ce type de personnage. Les protagonistes sont tous plus ambigus les uns que les autres, à commencer par notre héroïne Frannie. Une grande barrière nous empêche parfois de faire preuve de compréhension et d’attachement. La succession de drames, parfois un peu too much, n’est pas toujours très subtile. Finalement, beaucoup de questions restent en suspens. Sans être exceptionnelle, l’écriture de Sara Collins est agréable à parcourir.

Les confessions de Frannie Langton recèle des thématiques fortes, des sujets complexes et une plume agréable. Je me dois de mitiger quelque peu mon avis. En effet, Frannie doit faire face à une succession de drames assez impressionnante et peu crédible. Cependant, pour son premier roman, Sara Collins n’a pas choisi la facilité et reste une romancière à surveiller à l’avenir.

Lu grâce à la masse critique Babelio et aux éditions Belfond.

babelioVous aimerez aussi découvrir :

  • Alex, fils d’esclave de Christel Mouchard
  • La déchéance de Mrs Robinson de Kate Summerscale
  • Paradigma de Pia Petersen

Fanny

7 commentaires sur « Les confessions de Frannie Langton de Sara Collins »

  1. La quatrième de couverture avait l’air parfaite sur le papier, donc dommage… De ce que tu en dis, je pense passer mon tour (pour les drames un peu too much, et la complexité des personnages qui fait ici qu’on peut avoir du mal à éprouver de l’attachement). Bon dimanche Fanny, et à bientôt !

    1. J’avoue que le résumé m’a beaucoup tentée. Ce roman n’est pas si mal malgré les petits bémols énoncés. Après, il y en a tellement d’autres à découvrir!

  2. Tu as peut-être mis le point sur ce qui me dérangeait un peu à la lecture du roman. J’étais très contente de découvrir cette histoire, assez bien écrite, qui brasse de nombreux sujets (le point de vue d’une personne vivant le racisme de cette époque, les préjugés, les moeurs, les horreurs aussi, est vraiment enrichissant et permet de voir à quel point l’Histoire a évolué), et la romance entre deux femmes est assez bien traitée. C’est vrai que tous les personnages sont assez ambivalents, et il y a un côté implicite qui force à deviner, supposer ce qui s’est passé. Mais en dépit des nombreux tourments et péripéties de l’héroïne, c’est vrai que je ne me suis pas attachée à elle plus que cela. Je ne regrette pas la lecture, mais elle ne m’a autant transportée autant que je le voudrais. Pourtant, j’aime beaucoup les histoires sombres et se passant à cette époque, mais il n’y a pas eu de grand déclic à la lecture.

    1. Merci pour ton commentaire. Tu as mis les mots sur mon ressenti. Une lecture pas si mal que cela finalement malgré quelques petits élèments gênants. Ce n’est pas grave, il y a tellement d’autres romans à découvrir. Et puis, je pense que nous retiendrons tout de même quelques chose de cette lecture.

Laisser un commentaire