Bilan de mes lectures : OCTOBRE 2018 ~ Lectures à venir : NOVEMBRE 2018

La lecture est souvent un refuge, une échappatoire. J’ai pu me raccrocher à elle ce mois-ci pour affronter un sérieux coup dur. Même si ce dernier me restera en tête longtemps, je vais mieux et la lecture fut un vrai réconfort pour ne pas se laisser démoraliser. Alors, c’est reparti pour un tour et un nouveau bilan. Des livres variés m’ont tenu compagnie. J’ai observé les méandres de la justice américaine, j’ai suivi l’histoire d’amour compliquée de Helen et Frank, j’ai redécouvert la terrible histoire de la famille Jacob, j’ai fait un retour dans le temps aux côtés de Richard Cœur de Lion, j’ai partagé la vie d’Émilie et Reza pendant une année et j’ai suivi Élise dans sa fuite vers l’Angleterre.

Nombre de livres lus : 6

Nombre de pages lues : 2018

         

         


(Pour lire les chroniques disponibles, cliquez sur les couvertures)

Dura Lex de Bruce DeSilva, éd. Actes sud, 448 p.

J’ai adoré de bout en bout ce roman. Il m’a tenue en haleine tout en me faisant réfléchir. En effet, les questions posées par Bruce DeSilva sont pertinentes. La tension, les personnages charismatiques et le style du romancier ne sont pas en reste. Ce dernier nous propose finalement une vraie course contre la montre, haletante et prenante.

4,5/5

Ma dévotion de Julia Kerninon, éd. du Rouergue, 300 p.

Avec Ma dévotion, Julia Kerninon nous offre un roman à fleur de peau. Les phrases ciselées et le ton mélancolique se dégagent nettement. J’ai aimé suivre cette histoire d’amour plutôt hors du commun. La romancière possède un style bien à elle et très agréable à découvrir.

4/5

Les inséparables, Simone Veil et ses soeurs de Dominique Missika, éd. Seuil, 256 p.

Les inséparables est un bon livre pour découvrir Simone Veil et plus largement la famille Jacob. C’est aussi un bon moyen de débuter avec le sujet de la Déportation. Il permet de comprendre les rouages psychologiques qu’impliquent une telle expérience et un tel retour brutal au quotidien. Seul bémol : je n’ai rien appris de nouveau.

3,5/5

La révolte de Clara Dupont-Monod, éd. Stock, 240 p.

Clara Dupont-Monod fait renaître le Moyen-Âge avec panache en dépoussiérant cette période. J’ai particulièrement aimé le style de la romancière, vif et percutant. Ce roman nous fait découvrir Aliénor d’Aquitaine et Richard Cœur de Lion d’une façon originale. C’est aussi le récit des luttes de pouvoir qui régissent cette époque.

5/5

Le prince à la petite tasse d’Émilie de Turckheim, éd. Calmann-Levy, 216 p.

Ce témoignage m’a beaucoup intéressée. Sans moralisation ni arrière-pensée politique, Émilie de Turckheim nous livre un témoignage aussi édifiant qu’éclairant grâce à un mélange d’humour, de drames sous-jacents, de naïveté et de peur aussi. Reza est très attachant. Deux mondes se font face et vont réussir à vivre ensemble.

4/5

Le manoir de Tyneford de Natasha Solomons, éd. Le livre de poche, 558 p.

Récit historique, initiatique et romantique à l’ambiance so british, Le manoir de Tyneford m’a beaucoup plu. Le contexte spatio-temporel est bien rendu que ce soit du point de vue de l’Histoire que des descriptions du littoral du Dorset. Natasha Solomons décrit le déracinement mais aussi l’urgence de ces temps troublés avec beaucoup de sensibilité.

4/5

Et… Des mangas en pagaille!

              

              

    

LECTURES EN COURS

    

LECTURES PRÉVUES EN novembre

         

    

En bonus ce mois-ci, un billet sur mon weekend à jersey : .

Je vous souhaite un très bon mois de novembre!

Fanny

Bilan de mes lectures : SEPTEMBRE 2018 ~ Lectures à venir : OCTOBRE 2018

L’automne, les chocolats chauds, les plaids et les jours qui raccourcissent, une saison parfaite pour les mordus de lecture! Septembre fut consacré en grande partie à des lectures pour le Grand prix des lectrices Elle 2019. Je fais déjà de jolies découvertes. C’est un vrai plaisir de sortir de mes habitudes de lecture et de voguer vers des univers très différents pour chaque ouvrage. Le mois d’octobre promet d’être également placé sous le signe de la découverte, un vrai bonheur.

Nombre de livres lus : 8

Nombre de pages lues : 3028


(Pour lire les chroniques disponibles, cliquez sur les couvertures)

La vie rêvée de Gabrielle de Lyliane Mosca, éd. Presses de la cité, 368 p.

J’ai beaucoup aimé ce roman. Avec simplicité, un certain charme et une tendresse pour ses personnages, Lyliane Mosca nous dévoile le quotidien des Renoir, des anecdotes méconnues mais aussi un très beau portrait de femme au destin étonnant. Je suis ressortie enchantée de cette lecture tout en ayant l’impression d’avoir appris beaucoup.

L’interview de Lyliane Mosca :

4/5

37, étoiles filantes de Jérôme Attal, éd. Robert Laffont, 324 p.

Jérôme Attal confirme sont talent pour les jeux de mot et les tournures de phrase cocasses. C’est avec une certaine et délicieuse fantaisie que l’écrivain nous conte la brouille entre Alberto Giacometti et Jean-Paul Sartre non sans une once d’absurde. Ce roman est aussi une réflexion sur la création et les tourments qu’elle génère.

4/5

Tu t’appelais Maria Schneider de Vanessa Schneider, éd. Grasset, 256 p.

Vanessa Schneider nous livre le récit de l’existence éprouvante de Maria Schneider. La sincérité et la tendresse qui transparaissent de ces pages sont touchantes. Une certaine colère est également présente tout comme l’envie d’une réhabilitation. Cette dernière est louable mais est peut-être un peu trop prégnante dans certains passages.

3,5/5

Un gentleman à Moscou d’Amor Towles, éd.Fayard, 576 p.

Ce roman possède beaucoup de charme. Ici, pas de rythme haletant, pas de révélation inattendue ni de tension insoutenable mais un personnage attachant et un lieu, le Metropol de Moscou. Amor Towles nous entraine dans une lente déambulation de 32 années. Le tout est servi par une plume descriptive et un humour pince-sans-rire délicieux.

4,5/5

La disparition d’Adèle Bedeau de Graeme Macrae Burnet, éd. Sonatine, 288 p.

Ce roman aux personnages intrigants, à l’atmosphère soignée et au contexte général réaliste m’a fait passer un bon moment de lecture. L’ambiance à l’ancienne des années 80 y est excellente et soignée. Par contre, je n’ai pas été surprise par les différentes révélations et la chute.

3,5/5

Chien-Loup de Serge Joncour, éd.Flammarion, 480 p.

Ce roman est une déception. Il contient beaucoup trop de répétition à mon goût dont je me suis assez rapidement lassée. J’avoue l’avoir terminé en diagonale afin de connaitre la chute de l’histoire. L’idée de départ est pourtant intéressante avec des thématiques dans l’air du temps comme le retour à la nature où la part animal de l’homme.

2/5

Avec toutes mes sympathies d’Olivia de Lamberterie, éd. Stock, 256 p.

Coup de cœur parmi les coups de cœur! Ce livre fait désormais partie de ceux qui vont me suivre longtemps. Avec son récit, Olivia de Lamberterie offre un linceul à son frère. J’ai tourné chaque page avec cette impression de retenir ma respiration, comme en apnée. Le sujet est difficile mais quelle peine de quitter Olivia et Alexandre après la dernière page.

5/5

La coupure de Fiona Barton, éd. Fleuve noir, 480 p.

La coupure est un thriller psychologique bien mené. Nous suivons trois femmes dont la découverte du corps d’un nourrisson va bouleverser les vies. Les relations mère-enfant et la place du journaliste dans une enquête policière sont questionnées. Les personnages secondaires sont très bien croqués. Je suis ravie d’avoir découvert la plume agréable de Fiona Barton.

4/5

LECTURES EN COURS

     

LECTURES PRÉVUES EN Octobre

         

    

Je vous souhaite un très bon mois d’octobre!

Fanny

Bilan de mes lectures : AOÛT 2018 ~ Lectures à venir : SEPTEMBRE 2018

Avec un peu de retard, des vacances et du repos bien mérités, je vous retrouve avec un nouveau bilan mensuel de mes lectures. Entre ouvrages graphiques et romans, août m’a permis de découvrir et de redécouvrir des auteurs que j’apprécie particulièrement et qui grimpe dans mon panthéon d’écrivains fétiches. Je pense notamment à Marie-Aude Murail et à Ian McEwan. Quel talent de conteur! Je vous laisse maintenant découvrir les livres qui ont fait mon mois d’août.

Nombre de livres lus : 7

Nombre de pages lues : 2747


(Pour lire les chroniques disponibles, cliquez sur les couvertures)

Les Crèvecoeur, Tome 2  : Romain de Antonia Medeiros, éd. La Bourdonnaye, 280 p.

J’avais parcouru le premier tome il y a des années. Je suis heureuse d’avoir enfin découvert la suite de la saga familiale des Crèvecoeur. Ce tome est profond et déchirant. Nous suivons Germain, petit garçon qui doit composer avec la froideur et les secrets de son père. Il grandit et tente de tracer sa route mais il est bien difficile de se détacher du destin familial.

4/5

Ma vie dans les bois, Tome 1 de Shin Morimura, éd. Akata, 144 p.

Il s’agit d’une découverte tout simplement ébouriffante. Entre détails techniques et situations cocasses, Shin Morimura (mangaka) nous entraine dans son changement de vie. Il décide de construire de ses mains une maison dans les bois, au grand étonnement de son entourage. Un manga original et très intéressant.

5/5

Alchimia, Tome 1 de Samantha Bailly et Miya, éd. Pika, 196 p.

Le premier tome de ce shojo français m’a fait passer un bon moment de lecture. Il cible clairement un public jeune. Je regrette le manque de profondeur. Je me ferais une idée plus précise avec le tome suivant. Toutefois, les personnages et l’univers restent intéressants à découvrir.
3,5/5

Minuscule, Tome 1 de Takuto Kashiki, éd. Komikku, 210 p.

Hakumei et Mikochi sont deux tous petits êtres. Ils vivent au cœur d’une forêt où j’ai suivi leur quotidien avec beaucoup d’intérêt. Les dessins sont superbes et regorgent de détails et d’éléments à observer. Nous assistons à des situations drôles mais aussi à des rencontres hautes en couleur. J’en redemande!

4/5

Sauveur & fils, Saison 1 de Marie-Aude Murail, éd. L’École des loisirs, 368 p.

Cette première saison de Sauveur & fils est le second roman que je lis de Marie-Aude Murail. Je ne regrette pas mon souhait d’approfondir la bibliographie de cette écrivaine car j’ai encore passé un très bon moment. Des sujets difficiles voire tabous sont abordés avec toute la bienveillance et la fantaisie dont fait preuve l’écrivaine.

4/5

Le quatuor d’Alexandrie de Lawrence Durrell, éd. Le Livre de poche, 1053 p.

Cela fait quelques mois que je souhaitais absolument découvrir ce classique de la littérature britannique. Cette fresque est un hommage vibrant à Alexandrie. L’auteur nous dépeint des personnages aux terribles secrets et à l’âme parfois torturée. Les apparences y sont souvent trompeuses. Quelques longueurs alourdissement parfois le récit. Malgré tout, ces dernières n’entachent pas la virtuosité de Lawrence Durell.

4/5

Expiation de Ian McEwan, éd. Folio, 496 p.

Expiation m’a été tellement conseillé que je ne pouvais pas rester plus longtemps sans le lire. Ian McEwan possède un talent dingue pour la description psychologique. Il nous dépeint des personnages forts et charismatiques ainsi que leurs tourments. La chute m’a bouleversée. Une claque!

5/5

LECTURES EN COURS

    

LECTURES PRÉVUES EN septembre

         

    

Je vous souhaite un très bon mois de septembre!

Fanny

Bilan de mes lectures : JUILLET 2018 ~ Lectures à venir : AOÛT 2018

En juillet, la fatigue et la canicule ont eu raison de mon rythme de lecture. Vivement les vacances! En attendant, je dois encore m’armer d’un peu de patience… J’ai donc lu assez peu d’ouvrages mais tous d’une grande qualité. J’ai traversé l’Atlantique au rythme du jazz, j’ai emboité le pas de Lesley Blanch et de sa vie bien remplie, j’ai assisté impuissante à l’exil de Wilhelm vers la République dominicaine, j’ai suivi le dénouement d’enquêtes de meurtres sordides et j’ai assisté à l’apprentissage du jeune Akihiro grâce à sa sacrée mamie.

Nombre de livres lus : 5

Nombre de pages lues : 1970


(Pour lire les chroniques disponibles, cliquez sur les couvertures)

La saga des marquises de Marie-Pierre Farkas et Muriel Bloch, éd. Hélium, 288 p.

Marie-Pierre Farkas et Muriel Bloch nous dépeignent une belle fresque historique où nous suivons plusieurs générations d’une même famille. La musique et son évolution sont le fil rouge de ce roman tout comme la place de la femme dans la société, le racisme ou la ségrégation. La plume est imagée et expressive.

4/5

Croquis d’une vie de bohème de Lesley Blanch, éd. de la Table Ronde, 512 p.

Connue pour avoir été la première épouse de Romain Gary, Lesley Blanch nous dévoile les multiples autres facettes de sa personnalité avec émotion et nostalgie. Je ne peux que vous conseiller de lire cette autobiographie aussi instructive qu’éclairante. Quel destin, quelle érudition et quelle modernité!

5/5

Les déracinés de Catherine Bardon, éd. Les Escales, 624 p.

Catherine Bardon nous propose de suivre l’exil d’un couple juif et viennois vers la Républicaine dominicaine afin de fuir le totalitarisme nazi. Les embûches sont nombreuses et le déracinement douloureux. Ce récit ajoute sa pierre à toutes les histoires déjà parues sur la Seconde Guerre mondiale. Un premier roman réussi!
4/5

Feuillets de cuivre de Fabien Clavel, éd. Libretto, 322 p.

Ragon, enquêteur bibliophile, nous introduit dans un Paris cosmopolite aux multiples sociétés parallèles. Assassinats sordides, mystérieux phénomènes et références littéraires sont au rendez-vous. Les nouvelles finissent par ne faire qu’une histoire au dénouement loin d’être évident. Un roman singulier en dehors de mes habitudes!

4/5

Une sacrée mamie, Tome 2 de Yoshichi Shimada et Saburo Ishikawa, éd. Delcourt, 224 p.

Ce second tome permet de retrouver toute la panoplie de personnages de cette série de mangas. Nous continuons à être les témoins de l’apprentissage d’Akihiro auprès de sa sacrée mamie. Chaque élément de la vie recèle une leçon à retenir. J’ai hâte de continuer mon incursion à Saga.

4/5

LECTURES EN COURS

    

LECTURES PRÉVUES EN AOÛT

         

    

Je vous souhaite un très bon mois d’Août!

Fanny

Bilan de mes lectures : JUIN 2018 ~ Lectures à venir : JUILLET 2018

Le mois anglais est déjà terminé… Le temps passe si vite! Une fois encore, j’ai beaucoup aimé participé même si j’aurais voulu publier un peu plus. Les journées sont trop courtes et le temps libre pas aussi présent qu’on le souhaiterait. En juin, j’ai suivi un duo d’enquêteurs haut en couleur dans leurs péripéties, j’ai ri et frissonné avec Jane Austen, j’ai à nouveau constaté le talent pour l’absurde d’Evelyn Waugh, j’ai découvert les secrets dissimulés derrière les portes d’un manoir, j’ai suivi le parcours fabuleux de Miss Charity et j’ai parcouru une version moderne de Tristan et Iseult.

Nombre de livres lus : 6

Nombre de pages lues : 2261


(Pour lire les chroniques disponibles, cliquez sur les couvertures)

Les détectives du Yorkshire, Tome 1 : Rendez-vous avec le crime de Julia Chapman, éd. Robert Laffont, 408 p.

J’ai beaucoup aimé ce premier tome d’un nouveau cozy mystery qui remplit très bien son objectif. Je ne retiendrais pas forcémment l’enquête mais plutôt les personnages pour lesquels je ressens déjà beaucoup d’attachement. L’humour est très présent. Une lecture agréable pour un bon moment de détente.

4/5

Northanger Abbey de Jane Austen, éd. 10/18, 285 p.

Les romans de Jane Austen sont souvent une belle surprise. Northanger Abbey ne fait pas défaut. Une héroïne attachante, une histoire moderne et une plume mordante, de quoi passer un très bon moment. J’ai également apprécié mon introduction dans les rooms de Bath du XIXe siècle et les quelques éléments gothiques.

5/5

Miss Charity de Marie-Aude Murail, éd. L’École des loisirs, 480 p.

Il s’agit de mon premier Marie-Aude Murail. Quelle belle découverte! Le début est un peu lent mais une fois le cadre bien installé, j’ai ressenti un attachement particulier et fort pour Miss Charity. Les thématiques abordées (notamment la place de la femme dans la société) ne sont pas anodines. De l’émotion, de l’humour et une jolie plume.
5/5

Scoop d’Evelyn Waugh, éd. Robert Laffont, 352 p.

Ce troisième roman lu d’Evelyn Waugh m’a beaucoup plu. Le ton incisif de l’auteur, l’humour par l’absurde et la satire du système de la presse écrite des années 30 sont à découvrir. Le déclin de l’aristocratie britannique est décrite sur un ton incisif. La chute adoucit les choses et n’est pas aussi cruelle qu’on aurait pu s’y attendre.

4/5

Un manoir en Cornouailles d’Eve Chase, éd. NiL, 456 p.

Un manoir en Cornouailles d’Eve Chase est le roman d’une fresque familiale entachée de secrets de famille. Nous partageons le quotidien de beaux personnages notamment la fratrie Alton. Dommage que la Cornouailles et le contexte si riche de la fin des années 60 ne soient pas davantage décrits. Une lecture agréable tout de même.

2,5/5

Castle Dor de Daphne du Maurier, éd. Virago Press, 280 p.

Première grosse déception avec Daphne du Maurier pour ce roman inachevé d’Arthur Quiller-Couch. La première partie est longue sans vraiment de perceptive pour la suite. Le contexte de la Cornouailles du XIXe siècle rattrape un peu l’ensemble tout comme la troisième et dernière partie plus rythmée. Un roman inégal.
2,5/5

LECTURES EN COURS

    

LECTURES PRÉVUES EN JUILLET

         

    

Très bel été et à bientôt!

Fanny

Bilan de mes lectures : MAI 2018 ~ Lectures à venir : JUIN 2018

Un joli mois de mai nous a été offert dans l’Est de la France. Beaucoup de soleil et donc d’heures de lecture au jardin. Je savoure les joies d’avoir un petit coin de verdure où m’installer à mes heures perdues. Mes aventures littéraires se poursuivent et je ressens une certaine joie rien qu’en pensant aux lecture qui m’attendent. Ce mois-ci, j’ai voyagé dans le Paris de Louis XV, j’ai retrouvé les si attachantes sœurs Verdelaine, j’ai assisté à l’initiation d’Arte dans le Florence du XVIe siècle, j’ai été témoin de la descente aux enfers de jeunes actrices américaines des années 40 et 50, j’ai découvert plein d’anecdotes à propos des suffragettes, j’ai vu tout ce qu’il est possible de faire par amour, j’ai fait la connaissance de Miss Marple, j’ai été introduite chez les Akhas (minorités de Chine) et j’ai suivi les sœurs Carmine dans leurs folles aventures.

Nombre de livres lus : 9

Nombre de pages lues : 3132


(Pour lire les chroniques disponibles, cliquez sur les couvertures)

Le cercle de pierre, Tome 2 : Le Talisman de Diana Gabaldon, éd. Presses de la cité, 800 p.

J’ai lu ce second tome au tout début du mois. Je l’ai préféré au premier. Le Paris sous Louis XV est bien décrit et m’a beaucoup plu grâce à la plume immersive de Diana Gabaldon. Claire est toujours aussi agréable à suivre. Moins de scène de sexe et un Jamie qui s’améliore nettement. Je suis ravie d’avoir poursuivi!

4/5

Quatre soeurs, Tome 2 : Hortense de Cati Baur et Malika Ferdjoukh, éd. Rue de Sèvres, 160 p.

Quel bonheur de retrouver les sœurs Verlaine avec ce second tome de l’adaptation en bande dessinée du roman jeunesse de Malika Ferdjoukh. Des personnages attachants, de la profondeur, une bonne dose de fantaisie, de jolis dessins, il ne m’en faut pas plus pour continuer à être sous le charme de cette œuvre.

5/5

Arte, Tome 2 de Kei Ohkubo, éd. Komikku, 208 p.

Ce tome est dans la lignée du précédent. Nous retrouvons Arte avec plaisir dans son initiation à la peinture dans un univers masculin. Elle sait saisir sa chance et poursuivre son rêve. J’aime les dessins et cette héroïne pour le moins entêtée. Je vais continuer ce manga très sympathique.
4/5

La vallée des poupées de Jacqueline Susann, éd. 10/18, 480 p.

Ce roman commence gentiment pour se transformer petit à petit en critique du show-biz des années d’après guerre aux États-Unis. Jacqueline Susann n’épargne rien à ses héroïnes et décrit chaque situation avec réalisme. C’est aussi la place de la femme dans ce milieu qui est mise en avant : rester belle et jeune à tout prix.

4,5/5

101 things you need to know about suffragettes de Maggie Andrews et Janis Lomas, éd. History Press, 160 p.

Il s’agit d’un ouvrage idéal pour commencer avec le sujet. Il permet d’avoir une belle vue d’ensemble à propos du mouvement des suffragettes. Les 101 textes sont richement illustrés et faciles à lire. J’ai beaucoup appris. Une fois terminé, ce livre dresse le portrait d’une organisation bien huilée à la communication redoutable.

5/5

Les jours de ton absence de Rosie Walsh, éd. Les Escales, 400 p.

J’étais assez curieuse de lire ce roman. Les premières pages ne m’ont pas forcémment subjuguée. Les chapitres passant, j’avoue bien volontiers m’être prise au jeu et avoir apprécié ma lecture. Les révélations m’ont paru intéressantes même si le récit est parfois cousu de fils blancs. Les personnages secondaires ont une vraie place.

3,5/5

L’affaire Protheroe d’Agatha Christie, éd. Le livre de poche, 220 p.

Agatha Christie signe ici un cosy mystery sympathique. Un petit village anglais est secoué par la mort brutale d’un de ses habitants. Commérages et suspicion sont au rendez-vous.  Pour sa première apparition dans l’œuvre de la Reine du crime, je suis déçue de ne pas avoir vu davantage Miss Marple en action.

3,5/5

La mémoire du thé de Lisa See, éd. Pygmalion, 400 p.

J’ai beaucoup aimé ce livre. Nous sommes introduits au sein d’une minorité ethnique de Chine encore rurale et protégée de l’occidentalisation, les Akhas, dans les années 90 et 2000. Nous sommes initiés aux rites, aux croyances et aux us et coutumes de ce peuple. Un roman d’une grande force qui ouvre les yeux sur la condition féminine.

4,5/5

Les soeurs Carmines, Tome 1 : Le complot des corbeaux d’Ariel Holzl, éd. Mnémos, 304 p.

Lemon June a lu et adoré cette saga jeunesse qu’elle m’a donc donné  envie de découvrir. Très vite le ton est donné. Au rendez-vous : humour noir, univers décalé et récit rythmé. Le tout est servi pour une écriture travaillée et efficace. Un bon roman jeunesse dont j’espère lire la suite prochainement. Ariel Holzl est assurément un talent à suivre!

5/5

LECTURES EN COURS

    

LECTURES PRÉVUES EN juin

         

    

Je vous souhaite un très bon mois de juin!

Fanny

Bilan de mes lectures : AVRIL 2018 ~ Lectures à venir : MAI 2018

Je vous retrouve une nouvelle fois afin de faire le bilan de mes lectures du mois d’avril. De belles surprises dans l’ensemble et encore des voyages dans le temps! J’ai suivi Claire dans son voyage à travers les pierres jusque l’Écosse du XVIIIe siècle, j’ai découvert l’univers magique de l’Atelier des sorciers, j’ai retrouvé de vieux amis de Guernesey, j’ai parcouru le Florence de la Renaissance aux côtés d’Arte, j’ai été témoin du fiasco d’une lune de miel, j’ai rejoint la campagne japonaise des années 50, j’ai vécu sous les bombes du blitz londonien, j’ai rencontré Helene Hanff (et ce n’est pas rien!), j’ai continué mon voyage dans le Japon du XIXe siècle et j’ai découvert l’histoire de la si mélancolique Cécile.

Nombre de livres lus : 10

Nombre de pages lues : 3620


(Pour lire les chroniques disponibles, cliquez sur les couvertures)

Le cercle de pierre, Tome 1 : Le chardon et le tartan de Diana Gabaldon, éd. Presses de la cité, 680 p.

J’ai plutôt aimé ce premier tome. Le personnage de Claire est excellent. Il en va de même pour le contexte spatio-temporel très bien rendu. La botanique est un élément que j’ai également apprécié. Les seuls bémols : le personnage de Jamie auquel j’ai eu du mal à m’attacher et les nombreuses scènes érotiques qui m’ont laissée de marbre.

3,5/5

L’atelier des sorciers de Shirahama Kamome, éd. Pika, 208 p.

J’ai beaucoup aimé ce premier tome d’une série qui promet bien des aventures. A l’image d’Harry Potter, nous sommes introduits dans une école de sorcellerie avec ces propres particularités. Les personnages sont intéressants. Les dessins sont superbes, fins et délicats. Une belle mise en bouche mais j’attends d’en voir plus!

4/5

Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates d’Annie Barrows et Mary Ann Shaffer, éd. NiL, 396 p.

Une relecture coup de cœur où j’ai vraiment eu l’impression de retrouver de vieux amis. Toutes ces histoires individuelles finissent par ne faire qu’une et faire l’Histoire. Ce roman est plein d’humour, de bienveillance, d’amitié et de sens. Certains passages m’ont émue. Quelle tristesse de voir la fin de ce roman arriver!
5/5

Arte, Tome 1 de Kei Ohkubo, éd. Komikku, 208 p.

Ce premier tome d’un manga d’apprentissage et hautement féministe m’a plutôt convaincu. Nous suivons une jeune fille souhaitant devenir peintre dans un univers exclusivement masculin. Les paysages de Florence sont bien dessinés et détaillés. J’ai juste eu un petit temps d’adaptation concernant le langage qui m’a paru un peu décalé à certains moments.

4/5

On chesil beach de Ian McEwan, éd. Penguin, 166 p.

Quel magnifique roman! Nous assistons au face à face de deux êtres lors de leur lune de miel dans l’Angleterre de l’année 1962. Elle va très vite se révéler désastreuse. La pression sociale, les non-dits sont encore de mise et vont avoir des conséquences irrémédiables. La chute et tout ce qu’elle sous-entend m’a laissé sans voix.

5/5

Une sacrée mamie, Tome 1 de Yoshichi Shimada et Saburo Ishikawa, éd. Delcourt, 224 p.

Akihiro part habiter chez sa grand-mère à la campagne car sa mère manque de moyen pour s’occuper de lui. Il revient aux essentiels et apprend beaucoup sur la vie auprès de sa sacrée mamie. Je suis un peu moins fan de la manière dont est dessinée le jeune Akihiro, un peu plus caricaturale que les autres personnages.

4/5

Chère Mrs Bird de A. J. Pearce, éd. Belfond, 360 p.

Nous suivons ici l’ambitieuse Emmy dans son nouveau travail. La Seconde Guerre mondiale fait rage et ne va pas l’épargner. J’ai particulièrement apprécié le réalisme des bombardements de Londres lors du Blitz et leurs conséquences dramatiques. Un roman très agréable sur le moment mais un peu léger pour le rendre totalement mémorable.

3,5/5

84, Charing Cross Road de Helene Hanff, éd. Le livre de poche, 150 p.

Cette retranscription de la correspondance d’Helene Hanff et de son bouquiniste d’Angleterre est un régal. On assiste au glissement d’un échange de lettres pour affaire vers une amitié forte. Helene Hanff possède un humour décapant. La différence situation économique entre les États-Unis et le Royaume-Uni est palpable.

5/5

Isabella Bird, Tome 2 de Taiga Sassa, éd. Ki-Oon, 124 p.

J’ai apprécié retrouver la célèbre exploratrice Isabella Bird et son guide. Nous nous enfonçons plus profondément dans un Japon reculé très loin des sentiers battus. C’est l’occasion de découvrir de nouveaux paysages, différents modes de vies, des personnages loin des préoccupations occidentales mais aussi leurs maux.

4/5

Bonjour tristesse de Frédéric Rébéna et Françoise Sagan, éd. Les Escales, 104 p.

Je n’ai pas lu le roman original, j’étais tout de même curieuse de découvrir cette bande dessinée. Cécile est en vacances avec son père volage et indécis. Une ambiance malsaine se développe petit à petit. Des vacances loin d’être sereine que la jeune Cécile n’est pas prête d’oublier. Les dessins sont à l’image de l’atmosphère générale.

4/5

LECTURES EN COURS

    

LECTURES PRÉVUES EN MAI

         

    

Je vous souhaite un très bon mois de mai!

Fanny

Bilan de mes lectures : MARS 2018 ~ Lectures à venir : AVRIL 2018

J’ai beaucoup lu ce mois-ci grâce à une petite semaine de vacances bien reposante. J’ai aussi intensifié la lecture d’ouvrages graphiques avec de la bande dessinée et du manga. Dans l’ensemble, il s’agit d’une bonne pioche à part peut-être deux romans qui m’ont laissée perplexe et indécise quant à mon ressenti à leur propos. En mars, j’ai vécu sous les bombardements allemands dans un petit village anglais, j’ai assisté à la naissance d’une magnifique histoire d’amour sous le soleil de l’Italie, j’ai mis des images sur les mots de Malika Ferdjoukh, j’ai vécu la vie d’un agent secret pendant la Première Guerre mondiale, j’ai observé la cruelle déchéance de l’aristocratie britannique, j’ai participé à diverses stratégies diplomatiques en compagnie du très drôle Lawrence Durrell, j’ai suivi de jeunes filles dans leur quête de justice, j’ai retrouvé les truculents Tuppence et Tommy Bereford, j’ai suivi la difficile reconstruction d’une femme ayant perdue toute sa famille dans lors de la Shoah et j’ai fait une incursion dans le monde des vampires…

Nombre de livres lus : 12

Nombre de pages lues : 3568


(Pour lire les chroniques disponibles, cliquez sur les couvertures)

La chorale des dames de Chilbury de Jennifer Ryan, éd. Albin Michel, 464 p.

Avec ce roman, nous voilà directement transportés au cœur d’un petit village anglais malmené par la Seconde Guerre mondiale. Jennifer Ryan navigue entre un ton badin et un ton plus grave. Le style assez passe-partout de l’auteur n’est pas forcément ce que je retiendrais mais javoue ne pas avoir boudé mon plaisir. Plusieurs personnages interviennent par le biais de leur journal intime ou de lettres, ce qui est très vivant.

3,5/5

Call me by your name d’André Aciman, éd. Folio jeunesse, 248 p.

Ce roman est un magnifique coup de cœur relatant une histoire d’amour comme on en lit trop peu. Aussi subtiles qu’entreprenants, Oliver et Elio m’ont partagé leurs sentiments avec une rare force. La touffeur si particulière de l’Italie en été enveloppe un peu plus ce roman dans une atmosphère ardente et voluptueuse. Et quel final!

5/5

Quatre soeurs, Tome 1 : Enid de Malika Ferdjoukh et Cati Baur, éd. Rue de Sèvres, 151 p.

Quel plaisir de retrouver les soeurs Verdelaine et la Vill’Hervé! Cati Baur signe une très belle adaptation du roman phare de Malika Ferdjoukh. On y retrouve l’ambiance, la fantaisie, les dialogues si savoureux du roman original. Les personnages sont tels que je me les représentais. Un délice, un régal!
5/5

Mr Ashenden, agent secret de Somerset Maugham, éd. Robert Laffont, 448 p.

J’ai adoré ce recueil de nouvelles, fruit de l’expérience d’agent secret pendant la Première Guerre mondiale de l’auteur. Nous voyageons avec Mr Ashenden entre la Suisse, la France, la Russie et l’Écosse tout en croisant des personnages hauts en couleur et terriblement attachants. L’humour britannique rehausse encore l’ensemble.

5/5

Une poignée de cendres d’Evelyn Waugh, éd. Robert Laffont, 416 p.

Ce roman d’Evelyn Waugh est d’une cruauté assez effrayante. Les personnages ne sont pas épargnés par l’esprit caustique de leur créateur. On retrouve des thématiques chers à l’auteur et notamment le déclin de l’aristocratie britannique. Malheureusement, les personnages restent assez insaisissables jusqu’à la dernière page.

3,5/5

Affaires urgentes de Lawrence Durrell, éd. Robert Laffont, 336 p.

Ce livre réunit trois ouvrages de nouvelles inspirées de l’expérience d’attaché de presse à l’ambassade anglaise de Belgrade de Lawrence Durrell. Ce dernier nous donne à voir des stratégies diplomatiques franchement absurdes et ridicules. C’est drôle, c’est bien écrit et c’est piquant par moment.

5/5

Un assassin de première classe de Robin Stevens, éd. Flammarion jeunesse, 352 p.

Un assassin de première classe est un bon petit roman jeunesse mais aussi policier. Je me suis beaucoup amusée à suivre Hazel et Daisy. Les autres personnages ne sont pas en reste et sont très bien croqués. Et puis, il faut le dire, le cadre de l’Orient-Express provoque un certain émerveillement.

4/5

Associés contre le crime d’Agatha Christie, éd. Le livre de poche, 124 p.

J’ai adoré retrouver Tuppence et Tommy toujours aussi drôles, ironiques, facétieux mais aussi courageux et opiniâtres. Une enquête principale se joue dans l’intégralité du livre et plusieurs petites affaires sont à résoudre pour nos deux héros sous forme de nouvelles. Ces dernières comportent plus ou moins d’enjeux et quelques chutes sont bien vues.

4/5

Le goût sucré des souvenirs de Beate Teresa Hanika, éd. Les Escales, 272 p.

Certains objets fixent les souvenirs, ici ce sont les confitures d’abricot. Elle rappelle l’enfance heureuse mais aussi ce moment de chaos où tout bascule. Les voyages dans le temps entre les différents chapitres tout comme les thématiques principales (la solitude par exemple) sont intéressants. Cependant, à force de vouloir trop suggérer, l’effet désiré se délite un peu au fur et à mesure de la lecture. Je suis restée sur ma faim, dommage!

3,5/5

         

Le mémoires de Vanitas, Tome 2, 3 et 4 de Jun Mochizuki, éd. Ki-oon, 757 p.

J’ai continué cette série grâce au prêt d’une amie. De nouveaux personnages et de nouvelles aventures sont au rendez-vous. J’aime l’humour mélangé au drame, et le réel (le vrai Paris du XIXe siècle et les humains) mélangé à l’imaginaire (l’Altus et les vampires). J’espère simplement que la suite ne va pas partir dans tous les sens.

4/5

LECTURES EN COURS

    

LECTURES PRÉVUES EN AVRIL

         

         

Je vous souhaite un très bon mois d’avril!

Fanny

Bilan de mes lectures : FÉVRIER 2018 ~ Lectures à venir : MARS 2018

Février et son froid polaire ont été fort propices à la lecture. J’ai lu un peu de tout cette fois-ci : de la jeunesse, du contemporain, de la bande-dessinée, une autobiographie et un policier. Mes livres m’ont fait voyager dans le temps dans l’Amérique des années 60, dans différents mondes aux côtés de Lyra et Will, dans l’espace à la recherche de nouveaux horizons, dans les couleurs et les paysages de Claude Monet, dans une aventure à la recherche de ses racines, dans les pas de la petite Nicki au sein du Chelsea hôtel et dans les méandres d’une société secrète londonienne.

Nombre de livres lus : 8

Nombre de pages lues : 2673


(Pour lire les chroniques disponibles, cliquez sur les couvertures)

4 3 2 1 de Paul Auster, éd. Actes Sud, 1010p.

Paul Auster a réussi haut la main son pari de conter les quatre destins différents d’un seul personnage. Le hasard et l’Histoire  aiguillonnent les quatre Ferguson. Le tout est servi par une plume précise et extrêmement travaillée. L’auteur a également réuni tout ce qui le fait vibrer : New-York, la littérature, l’écriture, le base-ball, etc. Quel roman!

5/5

A la croisée des mondes, Tome 3 : Le miroir d’ambre de Philip Pullman, éd. Folio jeunesse, 672 p.

Je suis heureuse d’avoir terminé cette série jeunesse en lisant ce dernier tome. Même si j’ai eu quelque difficulté à entrer dedans dans les premières pages, c’est sans aucun doute et de loin mon préféré de tous. De l’aventure, de l’émotion, du sens, des personnages et un univers hors du commun font de ce roman une très bon opus de clôture.

4/5

    

Le château des étoiles, Tome 2 (La conquête de l’espace) et 3 (Les chevaliers de Mars) de Alex Alice, éd. Rue de Sèvres, 128 p.

Les dessins sont toujours très beaux. Le graphisme aquarellé est du plus bel effet. Il donne une vraie élégance et un style unique à cette série. Le sérieux est contrebalancé régulièrement par une bonne dose d’humour souvent apporté par le truculent Hans. Sans savoir vraiment pourquoi, je n’arrive pas à m’immerger totalement dans cette histoire…
3,5/5

Monet, nomade de la lumière de Ricard Efa et Salva Rubio, éd. Le Lombard, 112 p.

Je ne me lasse pas de découvrir et redécouvrir la vie et l’œuvre de Claude Monet. Grâce à des flashbacks, Efa et Rubio nous racontent la jeunesse de l’artiste puis sa vie agitée par ses nombreux déboires financiers et maritaux. Le coup de crayon d’Efa est lui-même un hommage à Claude Monet. La couleur jaillit de chaque page. Dommage que le dossier final soit si dénué d’intérêt.

4/5

Pile ou face, Tome 2 : Cap sur l’île aux trésors de Hope Larson et Rebecca Mock, éd. Rue de Sèvres, 224 p.

Ce second et dernier tome fut une bonne lecture détente. Sans être très originale, l’histoire m’a paru tenir la route et a su attiser ma curiosité. J’ai aimé suivre nos deux héros à la recherche de la vérité sur leur naissance. La mise en page aérée et les dessins sont agréables à parcourir. La colorisation est aussi réussie.

4/5

Garder la tête hors de l’eau de Nicolaia Rips, éd. 10/18, 240 p.

Cette autobiographie d’une jeune femme d’à peine 20 ans m’a beaucoup plu. L’ensemble est composé de chapitres courts et rythmés. Ces derniers retracent l’enfance et l’adolescence de Nicolaia Rips au sein de l’univers hors du commun et excentrique du Chelsea Hôtel (à New-York). Un petit livre et une grand leçon de vie.

4/5

Les sept cadrans d’Agatha Christie, éd. Le Masque, 287 p.

Mes dernières lectures d’Agatha Christie étaient sympathiques sur le moment mais plutôt oubliables ensuite. Les sept cadrans me laisse un ressenti bien plus enthousiaste. L’ironie, l’humour et le sens aigu pour brouiller les pistes d’Agatha Christie m’ont amusée. J’espère retrouver la très moderne Bundle bientôt, elle m’a fait forte impression!

4/5

LECTURES EN COURS

    

LECTURES PRÉVUES EN MARS

         

         

         

Je vous souhaite un EXCELLENT MOIS DE mars et bien entendu de chouettes lectures!

Fanny

Bilan de mes lectures : JANVIER 2018 ~ Lectures à venir : FÉVRIER 2018

Déjà le premier bilan mensuel de l’année! Je n’ai pas lu autant que j’aurais voulu mais je suis tout de même satisfaite car j’ai fait de très belles découvertes. J’ai également renoué avec la lecture en anglais et c’est une vraie satisfaction. En janvier, j’ai voyagé en Écosse aux côtés de Lady Rose, j’ai participé aux mouvement des suffragettes à Dublin, j’ai suivi l’enquête d’un meurtre ignoble entre Londres et la demeure des Mitford, j’ai vécu un moment hors du temps en plein cœur d’un archipel suédois et j’ai assisté Hercule Poirot et ses petites cellules grises. Rien que ça!

Nombre de livres lus : 5

Nombre de pages lues : 1557

 


(Pour lire les chroniques disponibles, cliquez sur les couvertures)

Lady Rose and Mrs Memmary de Ruby Ferguson, éd. Persephone Books, 224 p.

J’ai particulièrement apprécié la plume simple, douce et pleine de sensibilité de Ruby Ferguson. Le parcours de Rose sous forme de flashbacks est touchant et représentatif d’une certaine époque. Le roman débute sur un ton mondain et badin pour se terminer dans l’émotion. Je suis passée tout proche du coup de cœur avec cette lecture.

4/5

The making of Mollie de Anna Carey, éd. O’Brien, 304 p.

Anna Carey nous fait découvrir dans son roman épistolaire jeunesse le Dublin du tout début du XXe siècle où le mouvement des suffragettes enfle de plus en plus. Au fil de ce roman et à 14 ans, Mollie va se découvrir une conscience politique et une âme féministe. Avec humour et clarté, Anna Carey passe un message fort.

5/5

51pBHWkcpRL

The Mitford murders de Jessica Fellowes, éd. Sphere, 432 p.

L’intrigue met un peu de temps à se mettre en place mais dès les premières pages c’est une plongée dans les années d’après la Première Guerre mondiale au Royaume-Uni. Plusieurs points de vue, des personnages attachants, une mise en avant des traumatismes de guerre en font un chouette moment de lecture.

4/5

Par-delà les glaces de Gunilla Linn Persson, éd. Les Escales, 314 p.

J’ai beaucoup aimé ce roman sur la vie insulaire si âpre d’un archipel suédois qui met le corps et l’âme à rude épreuve. La solitude, le poids de la famille, les tensions entre clans qui se transmettent qui se de génération en génération en font un bon roman. J’ai trouvé un vrai sens et un vrai charme à cette lecture et aux personnages qu’il renferme.
4/5

Le train bleu de Agatha Christie, éd. Le Masque, 283 p.

Cette enquête ce déroule majoritairement en France. Agatha Christie n’hésite pas à se moquer ouvertement de nous autres, mangeurs de grenouilles! L’enquête est bien ficelée et rythmée notamment grâce à un saut dans le temps qui fait avancer l’enquête. Certains personnages nous font lever les yeux au ciel par leur mentalité et stupidité.
4/5

LECTURES EN COURS

    

LECTURES PRÉVUES EN FÉVRIER

         

    

Je vous souhaite un très bon mois de février!

Fanny