Retour à Cedar Cove, Tome 1 : La maison d’hôtes de Debbie Macomber

La_Maison_d_Hotes_large

Voici un livre que j’ai beaucoup aimé. Il s’agit d’un très bon moment de lecture accompagné de personnages attachants. C’est le premier roman d’une série de six livres qui a comme titre Retour à Cedar Cove.

Jo Marie perd tragiquement son mari après seulement quelques mois de mariage. Elle cherche à se reconstruire et à sortir du deuil qui l’afflige au quotidien. Une idée lui vient à l’esprit : et si elle quittait tout pour se lancer dans l’aventure de devenir propriétaire d’une maison d’hôtes ? C’est dans ce contexte qu’elle va faire la connaissance de visiteurs eux aussi torturés par de gros problèmes personnels et existentiels. Jo Marie se rend ainsi vite compte qu’elle n’est pas la seule souffrant de maux intérieurs. La maison d’hôtes semble devenir un véritable havre de paix.

Les personnages malmenés par la vie sont très attachants et humains que ce soit Jo Marie, Josh, Abby ou encore Mark. Ils ont chacun leur histoire assez tragique mais au final se ressemblent beaucoup. Leur retour à Cedar Cove est largement bénéfique et leur permet de faire le point. Les émotions et les pensées des personnages sont décrit avec beaucoup de sensibilité. C’est une des grandes forces de ce roman. Le fait que le livre débute directement par l’acquisition de la Maison d’hôtes est un bon point pour ma part. On entre vite dans le vif du sujet. Ceci favorise nettement la remontée du passé et des souvenirs de Jo Marie.

Le seul bémol réside en quelques longueurs dans les prises de décisions des personnages même si ça ne m’a pas réellement dérangé. Par contre, dès qu’ils prennent leur courage à deux mains c’est un plaisir de les suivre.

La fin m’a plutôt laissé sur ma faim mais c’est le but d’une série de romans, non ? Dommage qu’il faille attendre 1 an pour connaître la suite des aventures de Jo Marie, Josh et des nouveaux arrivants de la maison d’hôtes. En bref, il s’agit d’une très belle entrée en matière. Ce livre fait partie de ces romans qui vous donnent du baume au cœur et vous redonne espoir. Même si des événements tragiques viennent bouleverser notre quotidien, il faut savoir remonter à la surface et se raccrocher à des bonheurs simples.

Merci encore aux éditions Charleston pour cette belle découverte. C’est toujours un plaisir de retrouver vos romans forts en messages.

Fanny

La femme qui décida de passer une année au lit de Sue Townsend

Voici un article sur le second livre lu dans le cadre des lectrices Charleston 2013. Je l’ai lu il y a un mois déjà et je dois avouer que mon avis sera mitigé. Mais je tiens tout de même à remercier les éditions Charleston pour cette découverte.

Les jumeaux d’Eva quitte le nid familiale afin de commencer leur vie à l’université. La coupe est pleine pour cette mère de famille et épouse bien sous tous rapports. Elle décide sur un coup de tête qu’elle passera une année dans son lit. Comme je le disais mon avis va malheureusement être un peu mitigé. J’ai trouvé ce livre au final assez pessimiste. On a l’impression que pas mal de malheurs sont réunis : la femme trompée, un mari incompréhensif, des enfants hackers, asociaux et insociables, une ado dérangées après une enfance difficile… C’est dommage car l’humour que ce roman contient en est terni. Je n’ai pas vraiment apprécié les caractères très stéréotypés des personnages : ils en perdent leur humanité et leur singularité.

Bien sûr tout n’est pas noir, je me suis surprise à sourire en m’imaginant certaines situations. Le personnage le plus attachant est Eva. Je la plains franchement quand je vois les gens qu’elle doit supporter au quotidien. Ils sont tous plus « empotés » les uns que les autres. En ce qui concerne les autres protagonistes, ils sont à la limites du détestable et du supportable exception faite d’Alexander. Ce personnage est vraiment la touche de fraicheur et d’humanité de ce roman. J’ai vraiment aimé la fin. Je pense que c’est ce que j’ai préféré dans ma lecture et ce qui m’a le plus touché. Par contre,  j’ai l’impression que le fait de rester au lit pendant un an n’a pas vraiment fait avancer le situation d’Eva. Je ne vois pas bien la finalité en réalité. Pareil en ce qui concerne le déclic d’Eva pour quitter son lit qui reste assez flou.

Voilà mon humble avis sur le second roman des éditions Charleston. Libre à vous de vous faire votre propre opinion. Je me permets tout de même de mettre le lien vers l’avis plutôt élogieux de Claire d’Onirik : La Femme qui décida de passer une année au lit – Avis +

SORTIE LE 15 février 2013

Fanny

Les Roses de Somerset de Leila Meacham

913sttw6fhl

Pour commencer je tiens à préciser que ce roman a été une véritable surprise et une très belle découverte. Je tiens donc à remercier les éditions Charleston qui m’ont permis de lire ce roman en étant sélectionnée comme lectrice 2013.

Mary Toliver, à la mort de son père en 1916, se voit hériter du domaine familial de Somerset. Elle n’a que seize ans mais se sent déjà l’âme d’une Toliver : la terre passe avant toute chose quitte à se sacrifier soi-même et à vivre malheureuse. C’est comme ceci que débute cette belle saga familiale sur fond de plantation de coton aux Etats-Unis.

Il s’agit d’un roman poignant et pleins d’émotions à propos des liens, de l’attachement (l’amour, l’amitié, la terre, la famille, la lignée) et des sacrifices. Les personnages sont très fouillés et plus vrais que nature. Ils nous ressemblent avec leurs faiblesses et leurs obsessions. Mary Toliver, a un tempérament de feu et en devient très attachante. Ses quelques défauts la rendent réelle et humaine. Ceci nous permet, à nous lectrices, de s’identifier à elle. Le couple Mary/Percy m’a beaucoup touché pour ne pas dire ému. J’ai beaucoup aimé la sensualité qui se dégage de ce roman dans certains passages : les gestes tendres, les nuits d’amour, les attentions et les petites phrases qui en disent long. C’est une très bonne façon de donner un peu de légèreté au roman. J’ai un peu moins accroché sur la dernière partie qui concerne un autre protagoniste tellement j’ai été happée par l’histoire de Mary et Percy. A part ce petit détail, ce livre est parfait!

Pour ce qui est de la forme, j’ai beaucoup apprécié les chapitres courts. Le rythme ne s’interrompt jamais. Il n’y a aucune longueur inutile dans l’histoire. J’ai souvent ressenti une difficulté à lâcher ce roman. On souhaite sans arrêt connaitre la suite et retrouver nos personnages surtout Percy et Mary, je dois l’avouer. Quel couple et quel destin pour eux et pour leurs descendants! J’ai aimé cette couverture classique mais rehaussée de rouge et avec des jeux de textures très sympas. J’apprécie également le fait qu’elle soit totalement en lien avec l’histoire.

Le côté historique m’a intéressé. On découvre les changements dans la société américaine des années 20 jusqu’à la fin du XXe siècle. Et bien sur, la seconde guerre mondiale a une place importante avec ses ravages et les bouleversements qu’elle a provoqué.

Un roman passionnant, émouvant et prenant en même temps. Merci encore les éditions Charleston pour cette première publication.

SORTIE LE 18 JANVIER 2013

Fanny