To all the boys I’ve loved before de Jenny Han

15749186

Résumé de l’éditeur (traduction personnelle) : Lara Jean Song garde des lettres d’amour dans une boite à chapeau que sa mère lui a offert. Ce ne sont pas des lettres que d’autres ont écrit pour elle mais c’est elle même qui les a rédigé. Il y en a une pour chaque garçon qu’elle a aimé donc cinq en tout. Quand elle écrit, elle déverse toutes les choses qu’elle n’a jamais dit dans la vraie vie car les lettres ne sont que pour elle et ceci jusqu’au jour où elles sont envoyées. C’est à ce moment que sa vie amoureuse va se trouver hors de contrôle.

J’ai lu ce roman au milieu du mois de juillet car j’avais besoin d’une pause dans mes lectures « sérieuses ». Je voulais une histoire légère, simple et rafraichissante. Je me suis donc penchée sur ce roman adolescent arrivé dans ma PAL depuis mi-juin. Autant vous dire, que je n’ai pas été déçue car il s’agit en effet d’un roman fluide, facile à lire et plein de fraicheur. Mais il contient également des thèmes plus difficiles et sérieux comme la loyauté, l’amitié, la découverte de l’amour, le passage de l’adolescence, la découverte du monde qui n’est pas toujours rose et l’absence d’un des deux parents. Lara-Jean est une adolescente américaine d’origine coréenne et fait toutes ces expériences. Cette filiation asiatique est d’ailleurs une des grandes thématiques du roman. En effet, Jenny Han éparpille tout au long de son récit des allusions à cette culture et notamment culinaire.

Cependant, quelques éléments m’ont chagriné. Les lettres que cachent Lara Jean ne sont finalement qu’un prétexte pour lancer l’histoire et l’intrigue. Nous oublions assez vite ce point de départ même s’il en est question vers la fin de l’histoire. De même, il m’a paru bizarre que l’adolescente ne cherche pas à savoir qui a pu envoyer ces enveloppes. Certes elle s’étonne mais elle ne va pas à la recherche du traitre. Ceci dénote un manque de développement, de vraisemblance et un potentiel sous-exploité . Par contre, l’écriture est agréable et Le triangle amoureux est assez léger. Une note d’espoir se fait ressentir lors de la fermeture de ce roman.

Une lecture dans l’ensemble agréable que je conseille aux adolescents ou aux personnes recherchant un moment de légèreté comme moi. Je pense que je l’ai lu au bon moment entre deux lectures plus rigoureuses. En ce qui concerne le niveau d’anglais, je dirais qu’il est moyen. Certains passages ont été plus difficile à comprendre mais ne m’ont pas empêché de suivre le fil des évènements.

Fanny