La maison sur le rivage de Daphné du Maurier

IMG_20150705_121322_resized

Résumé de l’éditeur : En Cornouailles, dans une très ancienne demeure, un homme cède à la tentation de vérifier les effets d’une nouvelle drogue mise au point par un savant réputé. C’est le début d’un long voyage, au cours duquel il va se retrouver plongé dans un passé vieux de plus de six siècles. Mais les troublantes scènes dont il va être le témoin invisible sont-elles pure illusion ? Les personnages qu’il croise ne sont-ils que des fantômes nés de son imagination ? Maniant avec une habileté diabolique la tension psychologique et le suspense, Daphné Du Maurier trame une incroyable histoire hantée où hallucination et réalité, passé et présent finissent par se recouper étrangement. Dans ce roman, un des classiques de Daphné Du Maurier, le lecteur retrouvera avec bonheur le mystère de Rébecca, le climat angoissant de Ma cousine Rachel, l’aventure de L’Auberge de la Jamaïque.

Avec mon amie Coquelicote du blog Sans grand intérêt (n’hésitez pas à aller visiter son nouveau blog), nous continuons doucement mais surement notre incursion dans le monde et les livres de Daphné du Maurier. D’un commun accord nous avons décidé de lire ce roman sans vraiment savoir où nous mettions les pieds. En effet, Daphné du Maurier a le chic pour expérimenter de nouveaux horizons, imaginer des histoires originales et ne se donner aucune limite. Ses romans sont tous différents les uns des autres et c’est ce qui fait tout l’intérêt de son œuvre.  Cette histoire tout à fait inédite est teintée de suspens, de sciences et de voyages dans le temps. L’auteure a su insérer des rebondissements qui redonnent du rythme et accroche le lecteur.

Les personnages sont une réussite. Comme souvent avec Daphné du Maurier, elle nous les présente et nous les décrit au compte-goutte histoire de nous faire mariner un peu. J’ai beaucoup aimé la thématique scientifique d’une drogue qu’il suffirait d’ingurgiter pour réaliser un voyage dans le temps et donc dans l’Histoire. Une petite frustration reste finalement car les événements font que les protagonistes ne peuvent connaitre ni tester toutes les capacités de cette substance. De même que les noms et les liens qui unissent les protagonistes du Moyen-Âge sont difficiles à cerner durant les premiers chapitres.  La fin m’a beaucoup plu. Elle est ouverte même si l’écrivain nous donne quelques pistes de réflexion.

Encore une réussite pour moi. Daphné est une valeur sûre. Elle sait me prendre par la main et m’emmener dans son monde même lorsque je nourris quelques réserves et préjugés sur le roman que je vais commencer. Je ne pense pas que ce soit le meilleur de l’auteure. Toutefois, j’ai été étonnée et surprise. Et puis, un retour en Cornouailles ne fait jamais de mal !

Lu en lecture commune avec Coquelicote.

nouveau

Lu dans le cadre du challenge A year in England de Titine

11800031_10207543959508138_8537340896721806582_n

Fanny