Le journal du capitaine Wentworth d’Amanda Grange

le-journal-du-capitaine-wentworth-308735-250-400

Résumé de l’éditeur : Lorsque Frederick Wentworth, promis à une brillante carrière dans la Marine, et Anne Elliot se rencontrent, ils tombent amoureux et se fiancent. Mais la marraine de la jeune femme la persuade de mettre fin à cette union. Des années plus tard, après être devenu capitaine et avoir fait fortune, Wentworth la retrouve. Il s’aperçoit très vite que ses sentiments pour Anne n’ont pas changé. Elle est toujours belle et pleine d’esprit. La vie leur accordera-t-elle une seconde chance ?

J’ai lu Persuasion au début de mois. Pour continuer sur ma lancée j’ai souhaité découvrir ce journal qui met en avant le héros masculin de ce roman austenien, Frédéric Wentworth. En effet, l’intrigue réside dans le fait de découvrir chronologiquement ses pensées qui nous sont cachées par Jane Austen dans le roman original. Ici il devient le personnage principal et c’est en cela que ce livre a de l’intérêt. Même si Amanda Grange n’égale pas la plume de Jane Austen, elle sait respecter les personnages, le contexte et l’ambiance des romans de la dame de lettres anglaise.

J’ai été agréablement surprise de découvrir la première rencontre et la première idylle entre Anne et Frédéric. Elles sont expliquées dans Persuasion mais sans détail. C’est une très bonne idée et nous permet d’encore mieux comprendre les personnages. Wentworth est très attachant. Son amour envers Anne est toujours présent après tant d’années. C’est franchement touchant. Ses moments de doutes et d’abattements nous le rendent que plus sympathique. Cependant, l’auteure réussit à ne pas tomber dans le pathos ni dans le dramatique. C’est joliment exprimé avec tact et sensibilité.

Une belle surprise que ce journal. J’avais beaucoup aimé celui concernant Mr Darcy mais beaucoup moins celui du colonel Brandon. Cet opus prouve que l’auteure sait écrire un beau roman. Fréderic est un personnel agréable à découvrir. J’ai aimé sa sensibilité et son attachement sans limite pour Anne. Je peux le dire, il m’a charmé!

Fanny