Nancy Mitford, la dame de la rue Monsieur de Jean-Noël Liaut

Résumé de l’éditeur : Nancy Mitford fut l’une des romancières les plus célèbres de son temps, et l’une des plus excentriques, puisant dans les frasques de sa famille la matière de ses romans à succès. Elle est issue de la haute aristocratie anglaise et son destin ainsi que celui de ses soeurs, Diana, Unity et Jessica, se confondent avec la grande histoire. Diana épousa Sir Oswald Mosley, chef du parti fasciste anglais, chez Goebbels, en présence de Hitler. Unity fut une admiratrice et une grande amie du Führer, tandis que Jessica prit position pour les républicains espagnols et se maria avec un communiste. Nancy, elle, resta toujours liée à ses soeurs, passant allègrement de la table de son fasciste de beau-frère aux bras de son amant, Gaston Palewski, un des plus proches collaborateurs du général de Gaulle.

Certains d’entre vous le savent sûrement, je nourris un intérêt particulier pour la fascinante famille Mitford depuis quelques années. Première biographie française à propos de Nancy Mitford, Jean-Noël Liaut évoque ici l’ainée de la fratrie avec force et conviction. Connue pour être une francophile convaincue, Nancy est également un personnage captivant tout en dualité capable du meilleur comme du pire. Son caractère irrévérencieux, grinçant, franc mais aussi généreux et drôle reste en mémoire de toutes personnes l’ayant rencontrée. Elle provoque ainsi la sympathie et parfois l’incompréhension. Se déroule sous nos yeux une vie faite d’écriture, d’élégance, de belles amitiés mais aussi de multiples déceptions amoureuses.

Jean-Noël Liaut nous propose une biographie vivante et passionnante grâce à une écriture imagée. J’ai particulièrement apprécié les parallèles entre la vie de Nancy et ses romans. Ses inspirations sont ainsi mises en lumière et éclairent d’un jour nouveau ses écrits. L’entourage de Nancy n’est pas en reste et bénéficie de beaux portraits. Le lecteur comprend donc la place de chacun au sein de son œuvre. Nancy voit son destin ancré à celui de l’Histoire : le déclin de l’aristocratie britannique, la montée du fascisme, la guerre d’Espagne et la Seconde Guerre mondiale. Enfin, le cahier iconographique central est un plaisir pour les yeux. Des documents inédits et quelques photographies nous sont dévoilés.

L’admiration que porte Jean-Noël Liaut à Nancy Mitford est palpable et contagieuse. Malgré des choix parfois douteux, des déceptions amoureuses et une fin de vie faite de violentes douleurs, le sens de l’humour et de l’élégance de Nancy perdurent. Le biographe redonne également ses lettres de noblesse à toute l’œuvre (trop méconnue en France) de la dame de la rue Monsieur.

Biographie à paraitre aux éditions Allary le 21 février 2019.

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Ces extravagantes sœurs Mitford d’Annick Le Floc’hmoan
  • La poursuite de l’amour de Nancy Mitford
  • Rebelles honorables de Jessica Mitford

Fanny

La poursuite de l’amour de Nancy Mitford

Résumé de l’éditeur : Désireuses de conquérir leur destin, deux jeunes aristocrates anglaises aspirent à l’amour comme elles s’éprendraient d’un rêve. Tandis que l’une se précipite vers le mariage avec fougue, la seconde guette patiemment l’élu qui viendra bouleverser sa vie. Dans le trouble de l’avant-guerre débute alors un long apprentissage sinueux et passionné, à jamais universel.

Suite à mon excellente lecture de Ces extravagantes sœurs Mitford d’Annick Le Floc’hmoan, j’ai toute de suite voulu lire ce roman phare de Nancy Mitford. J’ai découvert un récit riche et plus profond qu’il n’y parait. Le contexte de la Guerre d’Espagne et de la Seconde Guerre mondiale (il est question de Dunkerque, de la capitulation de la France et de bombardements) est en toile de fond. Nous faisons la connaissance de Fanny (la narratrice) et Linda, deux jeunes filles de l’aristocratie britannique. Une naïveté forgée par leur éducation se dégage d’abord d’elles. Elles rêvent d’amour parfait et ne sont pas préparées à affronter la réalité. Elles vont apprendre à leur dépens qu’elle est souvent beaucoup plus compliquée. Éclairée de ce qui a précédé, la chute de cette histoire est d’une mélancolie saisissante.

Je suis très heureuse d’avoir lu la biographie très détaillée d’Annick Le Floc’hmoan avant de m’attaquer à l’œuvre de Nancy Mitford. Elle m’a permis de relever tous les détails autobiographiques. Ils sont très nombreux dans certains personnages, certaines situations et dans les convenances de la vie aristocratique et mondaine britanniques. Nancy est pleine de surprise car sans que l’on s’y attende un certain cynisme et une ironie font leur apparition. Son ton est parfois mordant. On se rend vite compte qu’elle pose un regard assez dur sur sa classe sociale et sur sa propre éducation.  Au fil des pages, les multiples facettes de ce roman lui font gagner en profondeur. La poursuite de l’amour contient des scènes très drôles (celle du labrador dans un bateau est excellente).

J’ai beaucoup aimé ce roman. Derrière l’humour et la plume acérée de Nancy Mitford, se cache la réalité bien moins reluisante de grandir au sein de l’aristocratie britannique. Fanny et Linda font leur entrée dans le monde sans grande connaissance de ce qu’est d’être adulte dans leur sphère sociale. C’est un roman finalement profond et empreint d’une certaine mélancolie sur la fin.

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Avec vue sur l’Arno de E. M. Forster
  • Ces extravagantes sœurs Mitford d’Annick Le Floc’hmoan
  • Les mots entre mes mains de Guinevere Glasfurd

Fanny