La loi de la mer de Davide Enia / Rentrée littéraire 2018

 

Résumé de l’éditeur : Un père et un fils regardent l’Histoire se dérouler sous leurs yeux, dans l’immensité de la Méditerranée, à Lampedusa. La loi de la mer est le récit de la fragilité de la vie et des choses, où l’expérience de la douleur collective rencontre celle, intime, du rapprochement entre deux êtres. Pendant plus de trois ans, sur cette île entre Afrique et Europe, l’écrivain et dramaturge Davide Enia a rencontré habitants, secouristes, exilés, survivants. En se mesurant à l’urgence de la réalité, il donne aux témoignages recueillis la forme d’un récit inédit, littéraire et poétique, déjà couronné par le prestigieux prix Mondello en Italie. Après Sur cette terre comme au ciel, récompensé par le prix du Premier roman étranger, Davide Enia confirme son talent singulier et puissant.

Premier auteur italien à figurer sur le blog, Davide Enia nous propose ici un récit entre témoignage et autobiographie. Affranchi du filtre des médias, il donne d’abord la parole aux habitants, aux soignants, ou encore aux marins sans cesse confrontés au drame des migrants échoués sur l’île italienne de Lampedusa. Ils sont souvent oubliés malgré leur aide si précieuse. L’auteur leur permet d’épancher leur désarroi, leur impuissance mais aussi les quelques joies vécues pendant les sauvetages. C’est aussi le récit des fantômes qui vont et viennent comme le ressac incessant de la mer.

Cette expérience plus que marquante à Lampedusa a profondément changé Davide Enia. Cela se ressent fortement au fil des pages où la vie en général est remise en perspective. Ainsi l’auteur nous parle de son enfance, de sa famille mais aussi de l’Italie. Il est souvent question de son père et de son oncle. Ils forment un trio taiseux mais émouvant et attachant. L’amitié, les liens, la maladie, la perte, la parole, le déracinement forment les grandes lignes de ce livre. Les interrogations et les états d’âme de l’écrivain questionnent également les lecteurs que nous sommes.

Ce livre ne m’a pas laissée insensible. Pour le moment, le sujet des migrants semble relégué au second plan des médias mais divise toujours autant. Pourtant, ces drames quotidiens sont bel et bien une réalité pour des milliers de personnes. Les témoignages recueillis par Davide Enia devraient passer entre les mains du plus grand nombre. Je retiendrai également tous les très beaux passages autobiographiques.

Lu dans le cadre du Grand prix des lectrices Elle 2019.

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Ici les femmes ne rêvent pas de Rana Ahmad
  • L’archipel d’une autre vie d’Andreï Makine
  • Le prince à la petite tasse d’Emilie de Turckheim

Fanny

Ásta de Jón Kalman Stefánsson / Rentrée littéraire 2018

Résumé de l’éditeur : Reykjavik, au début des années 50. Sigvaldi et Helga décident de nommer leur deuxième fille Ásta, d’après une grande héroïne de la littérature islandaise. Un prénom signifiant – à une lettre près – amour en islandais qui ne peut que porter chance à leur fille… Des années plus tard, Sigvaldi tombe d’une échelle et se remémore toute son existence  : il n’a pas été un père à la hauteur, et la vie d’Ásta n’a pas tenu cette promesse de bonheur. Jón Kalman Stefánsson enjambe les époques et les pays pour nous raconter l’urgence autant que l’impossibilité d’aimer. À travers l’histoire de Sigvaldi et d’Helga puis, une génération plus tard, celle d’Ásta et de Jósef, il nous offre un superbe roman, lyrique et charnel, sur des sentiments plus grands que nous, et des vies qui s’enlisent malgré notre inlassable quête du bonheur.

Second roman islandais à passer entre mes mains après La lettre à Helga de Bergsveinn Birgisson, Ásta fut une très belle surprise. Jón Kalman Stefánsson a su m’embarquer vers sa terre de glace si fascinante. Il nous propose de suivre plusieurs générations d’une même famille gravitant autour d’un personnage central, Ásta. Sans logique chronologique, le romancier nous raconte son histoire à la manière d’un puzzle à reconstituer. Les pièces s’assemblent finalement naturellement pour nous offrir un récit d’une grande force. Il n’est pas utile de tout saisir du premier coup, il suffit de se laisser porter par la superbe plume de l’auteur.

Ce roman  est l’occasion de découvrir une Islande encore repliée sur elle-même dont la jeunesse recherche une ouverture sur le monde sous l’œil soucieux des plus anciens. L’âpreté et la rudesse du climat et du relief sont également palpables. Elles sont à l’image de la vie difficile des protagonistes qu’un peu de douceur vient quelquefois soulager. Que ce soit Ásta, son père, sa nourrice, tous les personnages provoquent un réel intérêt ainsi qu’une empathie. Les souvenirs, la mémoire joueuse, les regrets sont autant de thématiques développées par Jón Kalman Stefánsson. Ce dernier distille également une certaine ironie à plusieurs reprises.

Je suis plus que ravie d’avoir découvert la plume et le talent de conteur de Jón Kalman Stefánsson. L’atmosphère, les personnages, la profondeur des différentes thématiques et le charme de l’Islande font de ce roman une lecture prenante et une œuvre marquante. De quoi donner envie d’aller plus loin avec cet auteur.

Lu dans le cadre du Grand prix des lectrices Elle 2019.

Vous aimerez aussi découvrir :

  • La maison des hautes falaises de Karen Viggers
  • Les reflets d’argent de Susan Fletcher
  • Soudain, seuls d’Isabelle Autissier

Fanny

Rivière tremblante d’Andrée A. Michaud / Rentrée littéraire 2018

Résumé de l’éditeur : Août 1979. Michael, douze ans, disparaît dans les bois de Rivière-aux-Trembles sous les yeux de son amie Marnie Duchamp. Il semble avoir été avalé par la forêt. En dépit de recherches poussées, on ne retrouvera qu’une chaussure de sport boueuse. Trente ans plus tard, dans une ville voisine, la petite Billie Richard, qui s’apprête à fêter son neuvième anniversaire, ne rentre pas chez elle. Là encore, c’est comme si elle avait disparu de la surface de la terre. Pour son père comme pour Mamie, qui n’a jamais oublié le traumatisme de l’été 79, commence une descente dans les profondeurs du deuil impossible, de la culpabilité, de l’incompréhension. Ils ne savent pas qu’un autre drame va frapper le village de Rivière-aux-Trembles…

Premier roman québécois à passer entre mes mains, Rivière tremblante a d’emblée attisé ma curiosité. Le vocabulaire québécois utilisé m’a tout de suite sauté aux yeux. Il apporte une vraie identité ainsi qu’une authenticité et un caractère à cette histoire. Le style d’Andrée A. Michaud est donc à retenir, sans aucune doute. La romancière se joue des codes du roman noir et dirige son intrigue vers des enjeux davantage psychologiques. Ce sont bien les deux personnages principaux, Marnie et Bill, qui portent le récit. Ils représentent ceux qui restent après la disparition d’un enfant et sont donc également suspects à un moment ou à un autre.

Andrée A. Michaud prend son temps pour construire son intrigue. Ce fut d’ailleurs peut-être un peu trop long pour moi, à tel point que je me suis régulièrement demandée où elle souhaitait en arriver. Cependant, les personnages sont finement croqués et analysés. J’ai fini par me prendre au jeu et par m’intéresser à leur parcours, à leur peur mais aussi à leur questionnement existentiel. Comment rester insensible à leur désarroi? Impossible, je peux vous l’assurer. La nature, les grands espaces et les élèments (parfois déchainés) sont également très présents. Le lecteur se retrouve plongé dans une atmosphère venteuse et inquiétante.

Rien n’était gagné avec ce roman, quelques longueurs sont en cause. Pourtant, Andrée A. Michaud a finalement su me prendre par la main et m’emporter dans son univers. J’ai aimé la langue, la fine psychologie des personnages et l’ambiance des grands espaces québécois. C’est un roman sur les enfants disparus mais aussi sur leur entourage, sur ceux qui restent.

Lu dans le cadre du Grand prix des lectrices Elle 2019.

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Baïnes de France Cavalié
  • L’enfant du lac de Kate Morton
  • La lumière des étoiles mortes de John Banville

Fanny

La vraie vie d’Adeline Dieudonné / Rentrée littéraire 2018

Résumé de l’éditeur : Chez eux, il y a quatre chambres. Celle du frère, la sienne, celle des parents. Et celle des cadavres. Le père est chasseur de gros gibier. Un prédateur en puissance. La mère est transparente, amibe craintive, soumise à ses humeurs. Avec son frère, Gilles, elle tente de déjouer ce quotidien saumâtre. Ils jouent dans les carcasses des voitures de la casse en attendant la petite musique qui annoncera l’arrivée du marchand de glaces. Mais un jour, un violent accident vient faire bégayer le présent. Et rien ne sera plus jamais comme avant.

Il est souvent difficile de lire un roman vu partout et ayant suscité autant de réaction. Il faut tenter de garder la tête froide pour éviter toute déception. Dès les premières pages, Adeline Dieudonné annonce la couleur. Elle nous plonge dans un huis clos assez glauque au sein d’une cité pavillonnaire pour le moins morne. La romancière fait preuve d’un style réaliste à la manière de certains romans américains et d’une écriture franche. J’ai lu des récits bien plus forts que celui-ci mais j’avoue n’être pas restée insensible à cette histoire. Une noirceur est présente. Une certaine scène m’a d’ailleurs fait particulièrement froid dans le dos.

C’est aussi un roman d’apprentissage que nous offre Adeline Dieudonné. Nous suivons une jeune héroïne qui n’est jamais nommée. Elle représente ainsi n’importe quel enfant persécuté. Elle découvre la violence de l’existence mais aussi l’éveil de son corps. Ce roman est aussi brutal que naïf, aussi sombre que lumineux. L’espoir, la connaissance, l’amour, les sensations, un objectif vont permettre à la narratrice de se surpasser et de grandir. Ses choix seront déterminants, aussi durs soient-ils. En lisant ce roman, je n’ai pu m’empêcher de penser à tous les jeunes gens enfermés dans ce genre de situation si compliquée. Ils sont tellement nombreux.

J’ai aimé ce roman dans son ensemble. Il porte un message fort et une héroïne hors du commun. Adeline Dieudonné nous propose une atmosphère aussi  brutale que naïve, aussi sinistre que lumineuse. Elle se démarque par son style et un certain sens du réel et de l’enfance malmenée. Une romancière à suivre, c’est certain.

Lu dans le cadre du Grand prix des lectrices Elle 2019.

Vous aimerez aussi découvrir :

  • L’attrape-coeurs de J. D. Salinger
  • L’étoile d’argent de Jeannette Walls
  • Le plus beau de tous les pays de Grace McCleen

Fanny

Ma dévotion de Julia Kerninon / Rentrée littéraire 2018

Résumé de l’éditeur : Quelle est la nature du sentiment qui lia toute sa vie Helen à Frank ? Il faut leurs retrouvailles, par hasard à Londres, pour qu’elle revisite le cours de leur double existence. Elle n’espérait plus le revoir – tous deux ont atteint les 80 ans – et l’on comprend qu’un événement tragique a mis fin à leur relation. Dans un retour sur soi, la vieille dame met à plat ces années passées avec, ou loin, de Frank, qu’elle aida à devenir un peintre célèbre. Une vie de femme dessinée dans toutes ses subtilités et ses contradictions. Dans ce quatrième roman, Julia Kerninon, qui a obtenu de nombreux prix pour ses précédents livres, déploie plus encore ses longues phrases fluides et imagées, d’une impeccable rythmique.

Julia Kerninon m’était totalement inconnue avant de lire ce roman. J’ai d’abord découvert une plume. Cette dernière est travaillée, ciselée et méticuleusement façonnée pour faire ressentir aux lecteurs toutes les émotions contenues dans le récit. Ce dernier est à fleur de peau, tout en sensations et en ressentis. Nous découvrons un couple qui n’en est pas vraiment un. Helen et Frank passent leur vie à se chercher, à se trouver et à se perdre.  Nous les suivons entre Londres, Rome, Amsterdam et la Normandie. La romancière nous décrit une relation destructrice dont la conclusion est connue d’avance.

Helen est la narratrice de ce roman et s’adresse à Frank. Un monologue s’engage comme dans une longue conversation, une longue lettre où les souvenirs refont surface. Avec une certaine mélancolie, un lent flashback s’installe et se précise. Il déroule toute une vie faite d’abnégation et finalement de regrets. Julia Kerninon nous montre ce qu’il y a de plus beau dans l’acte de création mais aussi la face sombre. En effet, les concessions, les exigences et les égarements sont nombreux. Helen en fait les frais et nettoie les pots cassés des secrets, des révélations et des dérapages.

Avec Ma dévotion, Julia Kerninon nous offre un roman à fleur de peau. Les phrases ciselées et le ton mélancolique se dégagent nettement. J’ai aimé suivre cette histoire d’amour plutôt hors du commun. La romancière possède un style bien à elle et très agréable à découvrir.

Lu dans le cadre du Grand prix des lectrices Elle 2019.

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Baïnes de France Cavalie
  • La lumière des étoiles mortes de John Banville
  • Mémoire d’elles de T. Greenwood

Fanny

Le prince à la petite tasse d’Émilie de Turckheim / Rentrée littéraire 2018

Résumé de l’éditeur : Un jour, j’ai dit : « Ils sont des milliers à dormir dehors. Quelqu’un pourrait habiter chez nous, peut-être ? » Et Fabrice a dit : « Oui, il faudra juste acheter un lit. » Et notre fils Marius a dit : « Faudra apprendre sa langue avant qu’il arrive. » Et son petit frère Noé a ajouté : « Faudra surtout lui apprendre à joueraux cartes, parce qu’on adore jouer aux cartes, nous ! » Pendant neuf mois, Émilie, Fabrice et leurs deux enfants ont accueilli dans leur appartement parisien Reza, un jeune Afghan qui a fui son pays en guerre à l’âge de douze ans. Ce journal lumineux retrace la formidable aventure de ces mois passés à se découvrir et à retrouver ce qu’on avait égaré en chemin : l’espoir et la fraternité.

La crise des migrants est un sujet d’actualité brûlant. Plus que cela, c’est un fait bien réel et qui n’est pas prêt de s’essouffler. La littérature s’en est emparée depuis quelques années avec la parution de romans et d’enquêtes. Émile de Turckheim nous propose ici une forme toute différente. En effet, elle nous livre le journal qu’elle a écrit presque au quotidien pendant l’année où sa famille a accueilli Reza, un jeune migrant afghan. Deux mondes s’opposent. D’abord, cette famille d’accueil française classique et modeste mais vivant confortablement. Ensuite, ce jeune homme déraciné qui a tout laissé derrière lui. Malgré la difficulté de la situation, ils vont se rejoindre en mettant tout en œuvre pour se comprendre et avancer.

Ici pas question de politique ni de tentative de moralisation. Sans aucune arrière-pensée, Émilie de Turckheim nous propose son expérience. Comment réagir face à l’inconnu, à l’étranger, au drame que vivent des milliers de personnes? Ce témoignage laisse une grande place à la parole. Il est question de la barrière de la langue et de la difficulté à se comprendre. Certains passages sont très drôles. Ils sont d’ailleurs souvent liés au langage (allez expliquer certains mots totalement inexplicables!). La place du livre, de la littérature, de la poésie, de l’écriture chez l’écrivaine est aussi très présente. Reza est attachant, il porte en lui une farouche générosité ainsi qu’une grandeur d’âme malgré son long voyage et ses maux.

Ce témoignage m’a beaucoup intéressée. Sans moralisation ni arrière-pensée politique, Émilie de Turckheim nous livre un témoignage aussi édifiant qu’éclairant grâce à un mélange d’humour, de drames sous-jacents, de naïveté et de peur aussi. Reza est très attachant. J’avoue m’interroger sur son devenir ainsi que sur celui de sa mère et de son entourage.

Lu dans le cadre du Grand prix des lectrices Elle 2019.

Vous aimerez aussi découvrir :

  •  La cuisinière de Mary Beth Keane
  • Le plus beau de tous les pays de Grace McCLeen
  • Rebelles honorables de Jessica Mitford

Fanny

La révolte de Clara Dupont-Monod / Rentrée littéraire 2018

Résumé de l’éditeur : « Sa robe caresse le sol. À cet instant, nous sommes comme les pierres des voûtes, immobiles et sans souffle. Mais ce qui raidit mes frères, ce n’est pas l’indifférence, car ils sont habitués à ne pas être regardés ; ni non plus la solennité de l’entretien – tout ce qui touche à Aliénor est solennel. Non, ce qui nous fige, à cet instant-là, c’est sa voix. Car c’est d’une voix douce, pleine de menaces, que ma mère ordonne d’aller renverser notre père. » Aliénor d’Aquitaine racontée par son fils Richard Coeur de Lion.

Après Le roi disait que j’étais diable, Clara Dupont-Monod nous propose un second roman consacré à Aliénor d’Aquitaine. Véritable figure légendaire de l’Histoire, cette dernière a déjà fait couler beaucoup d’encre. La romancière nous propose ici de découvrir la seconde partie de l’existence d’Aliénor, alors qu’elle va bientôt devenir reine d’Angleterre aux côtés de son second époux Henri II. Leur fils, Richard Cœur de Lion, sert de narrateur. Son regard est clairement partial envers sa mère. Leur complicité, leur connivence, leur amour indéfectible sont au cœur du récit. L’action se déroule entre l’Angleterre, l’Aquitaine et Saint-Jean-d’Acre (dans l’actuel Israël).

Clara Dupont-Monod fait renaître le Moyen-Âge avec panache. Elle dépoussière cette période qui peut parfois paraître obscure et rustre. On croise notamment Louis VII ou encore Saladin. Le style d’écriture, fait de phrases courtes, est percutant. J’avoue m’être laissée prendre par la main très facilement et avoir suivi cette histoire avec beaucoup de passion. Arrangements matrimoniaux, tentatives de parricide et de régicide,  trahisons et  croisades sont le lot des Plantagenêt. Cependant, Aliénor est bien l’héroïne de ce roman, suivie de très près par Richard. On découvre une femme forte et déterminée, que même les duperies ne font pas plier.

La révolte est un roman passionnant, prenant et très bien écrit. J’ai beaucoup aimé le style de Clara Dupont-Monod, vif et percutant. Ce roman nous fait découvrir Aliénor d’Aquitaine et Richard Cœur de Lion d’une façon originale. C’est aussi le récit des enjeux et des luttes de pouvoir qui régissent le Moyen-Âge.

Lu dans le cadre du Grand prix des lectrices Elle 2019.

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Chez les heureux du monde d’Edith Wharton
  • Ils vont tuer Robert Kennedy de Marc Dugain
  • Le roi disait que j’étais diable de Clara Dupont-Monod

Fanny

La coupure de Fiona Barton / Rentrée littéraire 2018

 

Résumé de l’éditeur : Quand quelques lignes en bas de la colonne des brèves révèlent la découverte d’un squelette de bébé sur un chantier de la banlieue de Londres, la plupart des lecteurs n’y prêtent guère attention. Mais pour trois femmes, cette nouvelle devient impossible à ignorer. Angela revit à travers elle le pire moment de son existence : quarante ans auparavant, on lui a dérobé sa fille à la maternité. Depuis, elle cherche des réponses. Pour Emma, jeune éditrice en free lance, c’est le début de la descente aux enfers, car ce fait divers risque fort de mettre son secret le plus noir à jour et de détruire sa vie à jamais. Quant à Kate, journaliste de renom et avide d’une bonne story, elle flaire là le premier indice d’une affaire qui pourrait bien lui coûter quelques nuits blanches. Car toutes les histoires ne sont pas bonnes à être publiées… Encore moins quand elles font resurgir des vérités que personne ne souhaite connaître.

L’aventure du Grand prix des lectrices Elle 2019 se poursuit avec beaucoup de belles surprises pour l’instant. Je vous propose aujourd’hui ce thriller psychologique de la sélection d’octobre. Comme le titre de ce roman l’indique, toute l’histoire démarre à partir d’un fait divers relayé par une coupure de presse. Cette dernière va bouleverser la vie de trois femmes, Emma, Angela et Kate, dont les voix portent ce nouvel ouvrage de Fiona Barton. Celui-ci possède de multiples facettes. En effet, c’est à la fois un roman policier mais aussi psychologique et sociologique grâce aux nombreux détails que la romancière apporte.

Fiona Barton pose la question du rôle de la presse dans une enquête policière et plus particulièrement de la légitimé des journalistes à réaliser des recherches officieuses. L’éthique est également interrogée. Que peut choisir de publier ou non le comité de rédaction d’un journal? Doit-il tout révéler? À quel prix pour les différents protagonistes? Les relations parents et enfants et plus particulièrement mères et enfants sont détaillées. Les chapitres courts maintiennent le lecteur en haleine et permettent de faire avancée l’intrigue à un rythme soutenue. Si je devais pinailler, le style de Fiana Barton n’est pas particulièrement marquant et l’ensemble manque un peu profondeur.

Ce roman m’a fait passer un bon moment de lecture. Fiona Barton a su me tenir en haleine jusqu’à la dernière page grâce, notamment, au portrait des trois femmes qu’elle nous propose de suivre. Les thématiques abordées tout comme l’intrigue en elle-même sont intéressantes. Je regrette simplement le manque de style et de profondeur de l’ensemble.

Lu dans le cadre du Grand prix des lectrices Elle 2019.

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Le bal des hommes de Arnaud Gonzague et Olivier Tosseri
  • Pique-nique à Hanging Rock de Joan Lindsay
  • Vice et vertu : Mon amie Odalie de Suzanne Rindell

Fanny

Chien-Loup de Serge Joncour / Rentrée littéraire 2018

Résumé de l’éditeur : L’idée de passer tout l’été coupés du monde angoissait Franck mais enchantait Lise, alors Franck avait accepté, un peu à contrecœur et beaucoup par amour, de louer dans le Lot cette maison absente de toutes les cartes et privée de tout réseau. L’annonce parlait d’un gîte perdu au milieu des collines, de calme et de paix. Mais pas du passé sanglant de cet endroit que personne n’habitait plus et qui avait abrité un dompteur allemand et ses fauves pendant la Première Guerre mondiale. Et pas non plus de ce chien sans collier, chien ou loup, qui s’est imposé au couple dès le premier soir et qui semblait chercher un maître. En arrivant cet été-là, Franck croyait encore que la nature, qu’on avait apprivoisée aussi bien qu’un animal de compagnie, n’avait plus rien de sauvage ; il pensait que les guerres du passé, où les hommes s’entretuaient, avaient cédé la place à des guerres plus insidieuses, moins meurtrières. Ça, c’était en arrivant.

Serge Joncour avait attiré mon attention avec ses précédents romans sans que j’ai l’occasion d’en découvrir un seul. Voilà qui est chose faite avec Chien-Loup. Malheureusement, ma rencontre avec l’auteur ne s’est pas tout à fait passée comme prévu. En effet, j’ai eu bien des difficultés à aller au bout de ce roman. Les descriptions m’ont paru répétitives. Cette impression de redondance s’est rapidement installée suivi d’une certaine lassitude. L’auteur construit son roman sur deux temporalités, la première contemporaine et la seconde pendant la Première Guerre mondiale sans qu’aucune ne se démarque véritablement.

Serge Joncour aborde pourtant des questions intéressantes, certaines dans l’air du temps. La place de l’animal, la part sauvage de l’homme et la relation entre l’homme et l’animal sont interrogées mais sans vraiment apporter de point de vue ou d’engagement. C’est aussi le retour au source, à la nature dans un monde de connexion et de surconsommation qui est exposé. Les personnages sont assez insaisissables. Malgré leur ressemblance avec la majorité d’entre nous, ils m’ont paru caricaturaux et finalement peu crédibles. Pour tout vous dire, ce roman me laisse une impression assez étrange dont j’ai bien du mal à pointer la cause et à expliquer.

Vous l’aurez compris, je manque quelque peu d’enthousiasme pour écrire à propos de ce livre. J’ai l’impression d’être passée complétement à côté de ce roman et de son message. Je n’aime pas rester sur une mauvaise impression, j’espère donc découvrir un autre ouvrage de Serge Joncour prochainement. Je suis preneuse de tous vos conseils!

Lu dans le cadre du Grand prix des lectrices Elle 2019.

Vous aimerez aussi découvrir :

  • La maison des hautes falaises de Karen Viggers
  • Mon dernier continent de Midge Raymond
  • Soudain, seuls d’Isabelle Autissier

Fanny

Avec toutes mes sympathies d’Olivia de Lamberterie / Rentrée littéraire 2018

Résumé de l’éditeur : « Les mots des autres m’ont nourrie, portée, infusé leur énergie et leurs émotions. Jusqu’à la mort de mon frère, le 14 octobre 2015 à Montréal, je ne voyais pas la nécessité d’écrire. Le suicide d’Alex m’a transpercée de chagrin, m’a mise aussi dans une colère folle. Parce qu’un suicide, c’est la double peine, la violence de la disparition génère un silence gêné qui prend toute la place, empêchant même de se souvenir des jours heureux. Moi, je ne voulais pas me taire. Alex était un être flamboyant, il a eu une existence belle, pleine, passionnante, aimante et aimée. Il s’est battu contre la mélancolie, elle a gagné. Raconter son courage, dire le bonheur que j’ai eu de l’avoir comme frère, m’a semblé vital. Je ne voulais ni faire mon deuil ni céder à la désolation. Je désirais inventer une manière joyeuse d’être triste. Les morts peuvent nous rendre plus libres, plus vivants. »

Qu’est-ce qui pousse un homme brillant, drôle et entouré à mettre fin à ses jours? C’est la question à laquelle tente de répondre Olivia de Lamberterie dans son tout premier livre, véritable linceul pour son petit-frère Alexandre. Je vous préviens tout de suite, cet ouvrage est un coup de cœur. J’ai tourné chaque page avec cette impression de retenir ma respiration, comme en apnée. Ce livre touche à une peur qu’on porte tous en nous : la perte. Paradoxalement, le sujet est difficile mais j’ai eu bien du mal à quitter Olivia et Alexandre. Nous apprenons à les connaître : leur enfance, leur complicité, leur parcours, leur part d’ombre.

Ce livre est écrit sur le vif, en témoigne la spontanéité qui se dégage de chaque phrase. Avec sa plume franche, Olivia de Lamberterie fait revivre son petit frère. Elle donne ainsi un pouvoir unique à chaque lecteur : redonner à leur tour une nouvelle existence à Alex. Face à son chagrin, l’écrivaine a décidé d’« inventer une manière joyeuse d’être triste ». Plusieurs passages sont donc très drôles grâce à des anecdotes, des situations improbables ou des expressions. C’est aussi le combat contre la noirceur qui s’installe inéluctablement. La psychiatrie n’en est finalement qu’à ses balbutiements et les diagnostics sont bien difficiles à poser.

Olivia dépose tout ce qu’elle a sur le cœur entre les pages de son livre. Elle ne tente pas de repousser à tout prix son chagrin mais plutôt de vivre avec et de faire au mieux. Cette idée a fait écho en moi. Ce livre est déchirant, percutant, édifiant sur bien des élèments mais aussi joyeux par moment. C’est une pépite à l’état brut, clairvoyante et si vraie. Je ne peux que vous conseiller de faite revivre Alex à votre tour en lisant les mots d’Olivia de Lamberterie.

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Chronique d’hiver de Paul Auster
  • Croquis d’une vie de bohème de Lesley Blanch
  • La vocation de Sophie Fontanel

Fanny